Fondation Seligmann

apres demain logo

derniere parution
Dernière parution

Tous les numéros
Rechercher dans les articles :

Recherche avancée


 KIOSQUE

Espace Lecteur







Mot de passe oublié
Enregistrement

Actions aidées à Paris

 LES ACTIONS DE LA FONDATION SELIGMANN EN 2016-2017

 

La distribution de dictionnaires aux élèves allophones, une opération inédite portée par la Fondation Seligmann

En partenariat avec les directions des services départementaux de l'éducation nationale, la Région Île-de-France et les Rectorats, la Fondation Seligmann a poursuivi et renforcé son « opération dictionnaires » en remettant cette année un dictionnaire à chacun des lauréats du DELF, élèves allophones arrivants sur le sol français suivis dans les dispositifs appelés UPE2A (Unités pédagogiques pour les élèves allophones arrivants) dans les collèges et lycées à Paris, en Essonne et en Seine-Saint-Denis ainsi que dans les écoles élémentaires sur Paris.

Cette opération promeut le « vivre ensemble » et encourage les processus d’intégration puisque l’apprentissage de la langue est le premier vecteur d’échanges et de partage. Les dictionnaires ont vocation à être rapportés au domicile de l'élève et pouvoir ainsi profiter à la famille entière.

Un dictionnaire, ce sont des mots qui donnent la force de dire et nommer les choses, de formuler son avenir, et ainsi d’être libre ; c’est la connaissance par la découverte, à travers ses pages, d’une langue, de l’histoire, de la culture, de la France, de son pays d’origine, etc. ; c’est un outil qui se garde toute la vie et qui par la suite se transmet d’une génération à l’autre.

 

FAVORISER L'ÉGALITÉ DES CHANCES EN MILIEU SCOLAIRE

- Avec des séjours pédagogiques pour découvrir le monde et le vivre ensemble

Des classes découvertes à la campagne dans le cadre de l’enseignement moral et civique dès le cours préparatoire sont organisées par l’école élémentaire Bretonneau à Paris 20ème ainsi que l’école polyvalente Convention à Paris 15ème.

Pour offrir à des élèves parisiens de quartiers classés Politique de la ville un moment privilégié autour de la découverte d’un milieu naturel très peu familier et des activités liées à la vie de la ferme ou de l’équitation avec les soins aux animaux, les écoles polyvalente Pajol et élémentaire Labori à Paris 18ème, classées en Réseau d’éducation prioritaire (REP), organisent en 2017 des séjours découvertes.

- Avec des projets artistiques pour s'ouvrir à la culture

L’école élémentaire Tchaïkovski à Paris 18ème mène en collaboration avec l’école élémentaire Torcy des projets pour permettre aux élèves, avec l’accès à des activités culturelles, de s’extraire de leur quartier, développer leur autonomie, leur esprit d’initiative, en y associant les parents.

À l’école maternelle Thionville à Paris 19ème des projets d’initiation artistique sont menés, auprès de tous les élèves, de leurs parents, des élèves des écoles partenaires, ainsi que des pensionnaires de la résidence « Les Musiciens », dans le cadre du projet « Dans la cour des Grands » en partenariat avec le Musée d’Orsay et l’artiste dAcRuZ, en transformant l’école en lieu de culture. Avec les visites au musée les élèves participent aux ateliers d’initiation à la pratique artistique de l’artiste et à un travail sur les oeuvres du musée.

L’école élémentaire Pierre Budin à Paris 18ème accueille depuis 2011 un artiste plasticien en résidence. Elle est devenue un centre de ressources artistiques permettant à l’ensemble des écoles de la circonscription de la Goutte d’Or à Paris 18ème d’accéder à la bibliothèque dédiée et aux installations. En 2016-2017, les élèves travailleront avec les artistes Hervé Di Rosa et Nicolas Darrot dans le cadre d’un projet « Art et médiation à la Maison rouge » en partenariat avec la Maison rouge.

Le lycée polyvalent Diderot à Paris 19ème en partenariat avec le Festival d’Automne à Paris, festival pluridisciplinaire et nomade d’expressions artistiques contemporaines issues du monde entier, mène un projet « Un lycée dans l’Automne » pour expérimenter de nouvelles formes d’apprentissage et d’enseignement, sensibiliser les jeunes à la création, encourager leur créativité et favoriser une nouvelle relation à l’art.

- Avec des projets scientifiques

Des parcours scientifiques L’école élémentaire Cavé, appartenant au Réseau d’éducation prioritaire renforcé du collège Clémenceau à Paris 18ème, est centre de ressources du réseau et centre Pilote dans le cadre du dispositif « la main à la pâte » en partenariat avec l’Académie des Sciences, l’Éducation nationale, la Mairie de Paris et la Fondation Seligmann. Elle accueille un stagiaire de l’École Polytechnique pour assurer des ateliers scientifiques. Ces ateliers se déroulent aussi dans les 15 autres écoles élémentaires et maternelles du secteur Goutte d’Or, soit 35 classes représentant 900 élèves âgés de 3 à 11 ans.

Le collège George Rouault à Paris 19ème mène en 2016/2017 le projet « Apprendre (à vivre) ensemble pour atteindre le sommet de la montagne » avec 18 élèves d’UPE2A, 18 élèves de l’atelier scientifique de la 6e à la 3e et 4 élèves en situation de fragilité de la 6e à la 3e. Il s’agit de réunir des élèves venant d’horizons différents dans un environnement bienveillant avec l’organisation de trois visites au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et d’un séjour dans une auberge de jeunesse des Vosges du 16 au 19 mai 2017 pour renforcer l’apprentissage du français et les capacités des élèves à communiquer à l’oral comme à l’écrit autour de problématiques scientifiques.

 

UNE ÉDUCATION CITOYENNE DES JEUNES EN MILIEU SCOLAIRE

- Pour l’égalité filles-garçons et contre les discriminations

Les écoles élémentaires Belleville, Julien Lacroix, Maryse Hilz et Tlemcen à Paris 20ème mettent en place en 2016/2017 le projet « Être citoyens, citoyennes contre les discriminations », avec les élèves de CE2, CM1 et CM2, en partenariat avec le théâtre du Chaos, sur le thème du racisme et des discriminations.

La Cité scolaire François Villonà Paris 14ème, met en place en 2016/2017 un projet « Journal des jeunes du quartier Didot – Vanves » avec les 500 collégiens et 1500 écoliers, dans le cadre des priorités fixées par le comité de pilotage du réseau BEP tendant à la maitrise de la langue et au « travailler ensemble ». L’action retenue prend la forme d’un journal des jeunes du quartier, en appui et en prolongement du travail mené à Villon sur le climat scolaire, tout particulièrement dans les domaines de la lutte contre le racisme et les discriminations. Avec cette action il s’agit d’amener les jeunes du quartier Didot-Vanves à devenir des citoyens actifs en leur permettant de faire vivre la devise républicaine, liberté : en apprenant à s’inscrire dans le cadre légal, en comprenant mieux les conditions et limites de celle- ci ; égalité : en développant la connaissance et le respect de l’autre ; fraternité : en travaillant ensemble, tous âges confondus, en lien avec le territoire, les associations et les structures partenaires. Ce projet permettra également de développer les pratiques pédagogiques coopératives, d’éduquer aux médias, de fédérer les jeunes et les adultes autour d’un travail commun, de valoriser l’image du quartier et d’améliorer la maîtrise de la langue.

- Avec des rencontres et des voyages mémoriels

Le lycée René Cassinà Paris 16ème a mis en place sur l’année scolaire 2016/2017 le projet de « Portraits et mémoires de survivants de la Shoah » avec 25 élèves de 1ère Bac pro. Le voyage mémoriel à Berlin et à Auschwitz sera préparé en amont par un cycle de conférences et de témoignages ainsi que des visites du Mémorial de la Shoah, de l’ancien camp de Drancy et du monument commémoratif de la Rafle du Vel’ d’hiv’.

Le collège Jean-Baptiste Clément à Paris 20ème mène depuis 2012 un travail de mémoire pluridisciplinaire autour de l’histoire de la Shoah avec l’ensemble des élèves des classes de 3ème. Pour l’année scolaire 2016-2017, les élèves étudieront des témoignages, des documents divers, effectueront un voyage d’étude à Auschwitz, rencontreront d’anciens déportés, participeront à des cérémonies mémorielles et élaboreront des travaux de restitution (site Internet regroupant témoignages sonores, diaporama, notices biographiques et bibliographiques, exposition à la Mairie du 20ème).

Le lycée professionnel Camille Jenatzy à Paris 18ème propose un projet « Terezin, vérités et mensonges ! Histoire d’une manipulation », voyage à Prague et à Terezin, précédé d’interventions, de visites au musée d’art et d’histoire du Judaïsme et au Mémorial de la Shoah et suivi par une exposition de photos et de textes. Il s’agit, avec cette action, d’informer et de sensibiliser à l’histoire de la Shoah les 22 élèves de Première Bac Pro et Terminale CAP et l’ensemble du lycée et de les inscrire dans le temps long, avec une projection vers le futur.

- Pour faire vivre la laïcité

 Le collège Françoise Seligmann met en place un projet « Parcours laïcité » avec une classe de 6ème pour aborder la laïcité dans le cadre de l’enseignement moral et civique en partenariat avec la Ligue de l’enseignement. Il s’agit de travailler autour de la laïcité sans discours moralisateur en essayant de comprendre le processus historique qui a conduit à l’adoption de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État avec des visites de monuments historiques.

 

DES SOUTIENS SCOLAIRES ACCOMPAGNÉS DE PROJETS ARTISTIQUES

L’association Quartier Libre XIpoursuit sur l’année scolaire 2016/2017, dans les quartiers de Belleville et de la Fontaine au roi, un projet de démocratisation de la musique classique auprès des enfants du quartier et de leurs familles tout en leur assurant un soutien scolaire : initiation à la musique, travail sur le comportement. Depuis 2010, des cours de musique sont mis en place deux fois par semaine pour les enfants, avec la réalisation d’un concert de fin d’année avec d’autres groupes du projet d’éducation musicale DEMOS (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale).

L’association Clichés Urbainssituée à Paris 19ème propose le mercredi des « ateliers de pédagogie citoyenne par l’image » d’initiation ou de renforcement de compétences dans la pratique photographique, artistique et citoyenne auprès d’une quinzaine d’enfants de 6 à 12 ans issus du quartier Flandre et des cités périphériques de la rue d’Aubervilliers.

 

CREER DU LIEN SOCIAL DANS LES QUARTIERS AVEC DES PROJETS CULTURELS

La Maison des Fougères à Paris 20ème propose, avec son projet « Route des saveurs-savoirs », de développer et consolider son soutien aux initiatives d’habitants et de participer au renforcement du lien social sur le quartier des Fougères, en accompagnant un projet intergénérationnel et interculturel autour de la cuisine avec la création d’un livre de recettes du monde, l’organisation de repas partagés, la mise en place d’ateliers de cuisine, de parcours culinaire en ligne, d’une communication participative.

 L’association Culture prioritaire située à Paris 17ème mène un projet « Culture générale et culture des métiers pour les jeunes issus des quartiers populaires parisiens » d’accompagnement extrascolaire gratuit auprès de 70 jeunes de la 3ème à la terminale issus des quartiers populaires parisiens afin de favoriser leur réussite étudiante et professionnelle, prévenir le décrochage scolaire, lutter contre le déterminisme social et réduire les inégalités liées à l’environnement culturel et familial.

La compagnie le Fil de Soie à Paris 14ème propose, dans le cadre de l‘éducation artistique, le projet « Les portés magiques » auprès d’une classe de 5ème du collège Jacqueline de Romilly au Blanc-Mesnil (93). Des ateliers de pratique du cirque et d’ouverture à l’univers de la magie sont mis en place en lien avec la professeure d’EPS. Des débats, réflexions, échanges avant et après les sorties seront menés en lien avec la professeure de français. Pour rendre compte de leur travail, les élèves seront amenés à réaliser des photos mettant en œuvre des pratiques acquises pendant les ateliers.

 

L’IMPORTANCE DE LA MAITRISE DE LA LANGUE POUR FAVORISER LES PROCESSUS D’INTEGRATION

L’association Patrimoine sans frontières à Paris 12ème a initié en 2013 le « programme Patrimoine en partage® (PeP) » consistant à accompagner les élèves allophones arrivants des structures d’accueil des premier et second degrés (UPE2A), en proposant une approche pédagogique innovante, développée sur mesure à partir des besoins de ces élèves et de leurs enseignants. En effet, les élèves d’UPE2A sont de jeunes arrivants en France scolarisés dans des établissements - dans leur très grande majorité en éducation prioritaire - de Seine-Saint-Denis et de Paris, qui ne connaissent pas ou très peu leur pays d’accueil et n’en maîtrisent le plus souvent pas la langue. La culture et le patrimoine d’origine s’avèrent être d’excellents moyens pour permettre à chaque élève de s’exprimer. En s’appuyant sur ces notions, PeP vise à créer une dynamique d’ouverture à l’autre et de dialogue interculturel à partir d’un travail d’introspection et de réappropriation afin de favoriser le vivre ensemble au sein d’un groupe et au-delà.

L’AFEV Paris poursuit une action d’accompagnement individualisé de 40 enfants allophones nouvellement arrivés en France, en lien avec deux centres d’accueil de demandeurs d’asile à Paris et les classes d’accueil et de NSA des collèges Robert Doisneau à Paris 20ème, Camille Claudel à Paris 13ème et Henri Bergson à Paris 19ème. Cet accompagnement, dispensé par des étudiants bénévoles, se caractérise par une aide scolaire de deux heures par semaine, avec un appui à l’apprentissage de la langue, des sorties culturelles et pédagogiques, et la participation à des ateliers collectifs de découverte culturelle. Pour développer la dimension collective du projet, notamment au- près des élèves d’UPE2A, l’association a multiplié les sorties et ateliers collectifs.

L’association l’Artisanie à Paris 14ème intervient depuis 2012 auprès des apprenants sociaux linguistiques (ASL) du centre Maurice Noguès. En 2016 elle a mis en place une correspondance hebdomadaire entre une classe de CE2 et un groupe d’ASL sur la thématique de l’enfance et du jeu. Sur la base de cette correspondance, sont organisés des ateliers de création théâtrale avec chacun des groupes avant de travailler ensemble pour présenter leurs travaux, répéter et trouver une forme de représentation commune aux deux groupes. Des représentations sont prévues en 2017 dans différents lieux du 14ème, centre d’animation Marc Sangnier, bibliothèque Aimé Césaire, MPAA Broussais et centre socio culturel Maurice Noguès.

L’association de gestion du Collectif Droits de l’Homme Romeurope a publié une « Étude sur la scolarisation des jeunes accompagnés de 12 à 18 ans vivant en bidonvilles et en squats » pour produire de la connaissance auprès des institutions et des partenaires sur un public invisible. Il s’agit d’une étude de déchiffrage à travers une enquête qualitative (entretiens) et quantitative (questionnaires) auprès de ces jeunes en France entière mais surtout Île-de-France, où 40 % y vivraient. Diffusée à 500 exemplaires, cette étude permet de mettre en place des actions de plaidoyer localement et nationalement pour induire des mesures concrètes et adaptées par l’identification des dispositifs existants en donnant la parole aux jeunes concernés.

L’association ACINA (Accueil, Coopération et Insertion pour les Nouveaux Arrivants) mène un projet de « Lutte contre la discrimination dans la formation et l’emploi des nouveaux arrivants vivant dans des bidonvilles, en squat, à la rue ou en hôtel social », avec l’accompagnement de 65 personnes, dont une trentaine de jeunes, d’origine étrangère en situation de vulnérabilité et d’exclusion, vers l’inclusion sociale et l’emploi.

 

INSERTION SOCIALE ET LUTTE CONTRE L’EXCLUSION

L’association Les Amis de LaTéléLibre mène depuis 2010 le projet « Reporter citoyen » de formation gratuite sur 3 ans, réservée aux jeunes des quartiers populaires d’Ile-de-France. Soixante jeunes ont été formés, issus des villes de Grigny, Saint-Denis, Créteil, Viry-Châtillon, l’île- Saint-Denis et Stains. L’association souhaite poursuivre et étendre le projet à d’autres villes d’Île-de-France. Pendant trois ans, les jeunes - âgés de 18 à 30 ans - bénéficient d’une formation à temps partiel au journalisme multimédia, sous forme de cours, de stages pratiques, de reportages de terrain, de visites des grands médias, de voyages pédagogiques (France, étranger) ou de rencontres-débats (acteurs sociaux, journalistes, politiques).

L’association Urgence jeunes à Paris 14ème accueille, héberge et accompagne dans leurs démarches 70 jeunes lycéens isolés étrangers. De même France terre d’asile assure une prise en charge pérenne de 120 jeunes mineurs étrangers isolés accueillis dans deux établissements situés sur Paris 18ème et Paris 19ème. Les associations proposent un socle commun de prestations à tous les jeunes : chaque jeune a accès au sein des établissements à un accueil sécurisant, à la construction d’un projet personnalisé à travers le soutien éducatif, à un accompagnement administratif, à la formation, à la santé et à un travail fondé sur la préparation à l’autonomie ; avec un soutien aux projets scolaires et à leur apprentissage de la langue, au-delà des prestations de première nécessité (hébergement, restauration, scolarité), en leur apportant des fournitures et matériels dont ils sont totalement démunis.

 

LES ACTIONS DE LA FONDATION SELIGMANN EN 2015-2016

La distribution de dictionnaires aux élèves allophones, une opération inédite portée par la Fondation Seligmann

En partenariat avec les directions des services départementaux de l'éducation nationale, la Région Île-de-France et les Rectorats, la Fondation Seligmann a poursuivi et renforcé son « opération dictionnaires » en remettant un dictionnaire à chacun des élèves allophones arrivants sur le sol français suivis dans les dispositifs appelés UPE2A (Unités pédagogiques pour les élèves allophones arrivants) dans les collèges et lycées à Paris, en Essonne et en Seine-Saint-Denis ainsi que dans les écoles élémentaires sur Paris.

Cette opération promeut le « vivre ensemble » et encourage les processus d’intégration puisque l’apprentissage de la langue est le premier vecteur d’échanges et de partage. Les dictionnaires ont vocation à être rapportés aux domiciles de l’élève et pouvoir ainsi profiter à la famille entière. 

Un dictionnaire, ce sont des mots qui donnent la force de dire et nommer les choses, de formuler son avenir, et ainsi d’être libre ; c’est la connaissance par la découverte, à travers ses pages, d’une langue, de l’histoire, de la culture, de la France, de son pays d’origine, etc. ; c’est un outil qui se garde toute la vie et qui par la suite se transmet d’une génération à l’autre.
 

FAVORISER L'ÉGALITÉ DES CHANCES EN MILIEU SCOLAIRE

- Avec la maitrise de la langue et le soutien à la parentalité dans la scolarité

Le collège Lucie Faure à Paris 20ème met en place un projet « Poésie Citoyenne » qui consiste en la création d'un recueil de poésie fait par les élèves, aidés par l'intervenant Amadou Elimane Kane, autour des thèmes de la solidarité, la fraternité et la tolérance. Il s’agit avec ce projet d’initier un travail sur la langue : maîtrise de la langue, acquisition d'une culture littéraire et d'une culture humaniste en favorisant la parole et l'écoute et ainsi aider au « vivre ensemble » pour vivre en société dans un cadre serein et respectueux.

Le collège Charles Péguy, à Paris 19ème, met en place le projet « Les voix citoyennes : qu’est-ce que la poésie et l’oralité ? » entre 3 classes de 4ème du collège et les élèves de CM2 des trois écoles primaires du secteur. Il s’agit d’un projet interdisciplinaire et transversal au- tour de la lecture, de l’écriture et de l’oralité en poésie. Les élèves sont amenés à écrire des poèmes, à partir de la lecture de textes appartenant au patrimoine poé- tique et d’activités pédagogiques autour de la poésie d’Amadou Elimane Kane, de recherches documentaires sur l’auteur et de rencontres ; poèmes qui seront ensui- te travaillés à l’oral à l’occasion d’un récital radiopho- nique et publiés sous forme d’un recueil. L’objectif est de renforcer leur maîtrise de la langue, d’élargir leurs connaissances culturelles en donnant du sens aux ap- prentissages par la rencontre d’un auteur et la trans- mission de leurs travaux, et de faciliter l’intégration des futurs élèves de 6ème par l’instauration de passerelles entre l’école et le collège. 

Liens : 

Le dire poétique avec Amadou Elimane Kane

 

L’école maternelle Emile Duployé, à Paris 18ème, située en Réseau d’éducation prioritaire +, met en place un projet « atelier parents d’enfants/parents d’élèves » en lien avec l’association Accueil Goutte d’Or, ces ateliers sont destinés aux parents d’élèves et d’enfants d’origine étrangère pour faciliter la communication entre parents et école. Il s’agit de développer chez des parents immi- grés, participants aux ateliers linguistiques, une meil- leure connaissance du système scolaire français pour rompre l’isolement des parents, favoriser les échanges en s’appuyant sur leurs diversités et en valorisant leurs compétences et en les initiant à un support fréquent : l’album de littérature jeunesse.

L’association ARPEJ 14, à Paris 14ème, a conçu un projet « Ensemble pour lire et pour apprendre » en faveur des enfants du primaire du quartier en zone urbaine sen- sible pour asseoir leurs compétences de lecteur et leur donner le goût de lire à l’occasion de séances hebdo- madaires de lecture ou de jeux éducatifs. Les parents

sont associés de près à la démarche et accompagnés par l’association dans leurs relations avec l’école s’ils le souhaitent. Le but est que la lecture ne soit plus, pour ces enfants dont les parents ne savent pas lire le français, un obstacle aux apprentissages ultérieurs. 

- Avec des séjours pédagogiques pour découvrir le monde et le vivre ensemble

L’école élémentaire Torcy à Paris 18ème, classée en éducation prioritaire, organise une « Classe de découverte en centre équestre et ferme pédagogique » avec trois classes de CE1/CE2 et une classe de CE2/CM1, avec les élèves non francophones de l’UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants). Ce séjour de 5 jours au centre équestre « Les fauvettes » sera l’occasion, pour ces élèves, issus en grande majorité de l’immigration, de familles allophones et défavorisées, de découvrir un autre milieu en mettant l'accent sur la maîtrise de la langue française et sur les compétences civiques et sociales. De nombreuses activités auront lieu : séances d'équitation, visite de la ferme pédagogique ainsi que des séances de découverte et de jeux dans le parc du domaine et dans le village.

L’école élémentaire Labori àParis 18ème, située en Réseau éducation prioritaire renforcé (REP+) et dans la Zone urbaine sensible de la porte de Montmartre, organise un séjour « classe de découverte » pour l’ensemble des CP-CE1, soit une cinquantaine d’élèves. Ce séjour est l’occasion, pour ces enfants issus de milieux défavorisés, de découvrir un autre environnement. De nombreuses activités seront réalisées en amont pour associer les parents à ce projet de découverte.

L’école polyvalente Convention à Paris 15ème organise un séjour « Sortir pour grandir » pour les élèves de maternelle et de CP, soit plus d’une centaine d’élèves. Ce séjour de trois jours en centre équestre est l’occasion, pour ces enfants issus de milieux défavorisés, de découvrir un autre environnement. Les élèves sont associés à la préparation du séjour et de nombreuses activités seront réalisées en amont.

L’école élémentaire Chaptal, à Paris 9ème, organise un séjour de trois jours à Londres du 25 au 27 mai 2016 avec 45 élèves de CM1 et CM2, dont certains en grande difficulté sociale, pour permettre la découverte d’une capitale européenne, d’une culture, mais aussi de tradi- tions différentes. Il s’agit de mettre en avant des valeurs d’entraide, de partage et du vivre ensemble ; apprendre à participer, à trouver sa place dans un groupe, à res- pecter autrui et à accepter les différences.

 De la découverte de nouveaux environnements à l’école élémentaire Labori, classée en Réseau éducation prioritaire renforcé et située dans la zone urbaine sensible de la porte de Montmartre à Paris 18ème, organise un séjour « classe de découverte » pour l’ensemble des CP-CE1, soit une cinquantaine d’élèves. Ce séjour est l’occasion, pour ces enfants issus de milieux défavorisés, de découvrir un autre environnement et l’apprentissage du vivre ensemble.

- Avec des projets artistiques pour s'ouvrir à la culture

L’école élémentaire Pierre Budin accueille depuis plusieurs années un artiste plasticien en résidence. Elle est devenue en 2013, centre de ressources artistiques permettant à l’ensemble des écoles de la circonscription de la Goutte d’Or à Paris 18ème d’accéder à la bibliothèque dédiée et de participer aux installations. Le projet de résidence au sein de l’école permet aussi aux enseignants d’être accompagnés par l’artiste et d’exposer sur place les œuvres des élèves ou des artistes. De nombreuses visites culturelles sont également organisées. L’artiste contemporain en résidence en 2014-2015, Bertrand Lamarche, réalise avec les élèves une œuvre composée d’images animées sur la base de séquences filmées avec deux caméras, l’une tractée par un train, l’autre poussée par un second train.

Le collège Gustave Flaubert, situé dans le quartier politique de la Ville des Olympiades à Paris 13ème, propose aux élèves de CM2 et de 6ème de travailler, dans le cadre d’ateliers d’écritures dirigés par le poète Amadou Elimane Kane, autour des thématiques suivantes : « la montée du totalitarisme », « humour et tolérance », « la tentation du communautarisme ». Le travail en classe sera soutenu par des visites sous formes d'ateliers pédagogiques dans des institutions telles que : la Cité nationale de l'histoire et de l'immigration ou encore le Mémorial de la Shoah. Ce projet à destination de près de 350 élèves permet de développer la liaison inter-degrés et œuvre pour la construction de valeurs communes.

Le lycée professionnel Gustave Eiffel à Paris 7ème mène en 2015/2016 un projet « À la découverte de l'Opéra ». Il s’agit d’initier 24 élèves d’une classe de terminale ARCU (Accueil, relation clients-usagers) au monde de l'opéra par la mise en place d’ateliers de chant lyrique au lycée. Cette action permet aux élèves issus des banlieues ou des quartiers politiques de la ville d'acquérir de la confiance en soi, d'éviter le repli sur soi, de se motiver et de faire naitre le désir pour assurer un retour dans la scolarité.

- Avec des projets scientifiques

Dans le cadre du dispositif « la main à la pâte », ayant pour but de rénover l'enseignement scientifique à l'école, l'école élémentaire Cavé, appartenant au Réseau d’Éducation Prioritaire+ du collège Clémenceau à Paris 18ème, accueille un stagiaire de l’École Polytechnique pour assurer des ateliers scientifiques. L'école Cavé, centre de ressources du réseau, est centre Pilote dans le cadre d'une convention triennale avec l'Académie des Sciences, l'Éducation nationale, la Mairie de Paris et la Fondation Seligmann, qui permet d’assurer l’hébergement du stagiaire. Ces ateliers se déroulent aussi dans les 15 autres écoles élémentaires et maternelles du secteur Goutte d’Or, soit 35 classes représentant 700 élèves âgés de 3 à 11 ans. Ce projet « égalité des chances » est destiné à restaurer l'image de l'école considérée, comme une « école ghetto » et à valoriser les élèves et leurs familles majoritairement d'origine étrangère vivant dans des conditions difficiles.

 

FAVORISER L'ÉGALITÉ DES CHANCES PAR L'APPRENTISSAGE DU FRANÇAIS 

Bibliothèques Sans Frontières met en place des espaces médiathèques dans trois centres d'accueil pour mineurs isolés étrangers de la Croix Rouge à Paris, Bobigny et au sein de la zone d'urgence humanitaire de Roissy à Tremblay-en-France, afin de leur faciliter l'accès à l'information, l'apprentissage du français et leur intégration sur le territoire. Les 489 jeunes accueillis dans ces centres bénéficieront d’une ouverture directe sur la culture et l’information par la mise en place de ces médiathèques en liaison avec les structures publiques. Les intervenants sociaux et les animateurs de ces centres d’accueil seront formés à la gestion et l’animation de ces médiathèque.

Dans une démarche d'égalité des chances, d'ouverture culturelle et de renforcement du lien social le Secours Populaire à Paris a formé le projet de favoriser l'accès à la culture de 80 apprenants (personnes étrangères résidentes ou primo-arrivantes) des cours de français (cours d'alphabétisation, FLE, DILF) à travers des sorties aux musées, des visites de monuments historiques, des représentations théâtrales... permettant ainsi de faciliter le processus d'intégration par la découverte de la société d'accueil. Dans le même temps, l’association a souhaité pérenniser la bibliothèque de l'accueil de jour Ramey à Paris 18ème accueillant des personnes en grande précarité (sans abris, populations d'origine étrangère, en alphabétisation, enfants et parents isolés...) afin de favoriser l'accès au livre, l'apprentissage du français, aider à la réinsertion et à la création du lien social par des lectures à voix haute, des séances de jeux éducatifs, des débats thématiques.

L’association Kolone à Paris 19ème renouvelle en 2015/2016 son projet d’ « ateliers linguistiques pour jeunes adultes migrants »en vue de la préparation aux diplômes DELF A1 et A2. Une action culturelle est menée au 104 avec 3 heures d'atelier hebdomadaire dans le cadre d’un partenariat avec le conservatoire à rayonnement régional pour approfondir le travail vocal et corporel sur la lecture. Enfin, dans le cadre des ateliers, la réalisation d'un abécédaire traduit dans leurs langues avec le soutien du ministère de la Culture dans le cadre des appels à projets médias de proximité (AAP) sera organisée.

 

UNE ÉDUCATION CITOYENNE DES JEUNES EN MILIEU SCOLAIRE

- Avec des rencontres et des voyages mémoriels

Le lycée professionnel René Cassin, à Paris 16ème renouvelle en 2015/2016 son projet à vocation mémorielle de séjour à Prague et Terezin (du 16 au 19 février 2016). Intitulé cette année « Terezin carnets de voyage », 24 élèves de Première bac pro gestion-administration, accueil et commerce, du Nord-Est parisien et issus en grande majorité de l’immigration et de familles défavorisées, effectueront tout a long de l’année un travail pluridisciplinaire de mémoire relatif aux déportés du camp de Terezin et à la propagande nazie. À partir de visites dans des lieux emblématiques à Paris et en périphérie, d’études de documents et d’un séjour à Prague, les élèves seront amenés à réaliser un carnet de voyage dont les meilleures pages seront exposées au lycée. L’objectif est de mutualiser les efforts pédagogiques en diversifiant la richesse des approches et modes d’acquisition des savoirs en un domaine précis du programme d’histoire.

 

CRÉER DU LIEN SOCIAL DANS LES QUARTIERS AVEC DES PROJETS ARTISTIQUES

 L’association Kasbah-sur-Scène a mis en place le projet « Passer'elles » pour proposer aux femmes et enfants du quartier des ateliers artistiques dans le cadre d'une résidence d'artistes au centre Curial dans le 19ème. L’aboutissement du projet sera la création d’un répertoire de chansons avec enregistrement et représentation publique.  Cette activité artistique et culturelle de proximité participe au développement du lien social par l'interactivité qu'il permet entre les habitants du quartier, les femmes, les enfants et les artistes.

LES ACTIONS DE LA FONDATION SELIGMANN EN 2014-2015

La distribution de dictionnaires aux élèves allophones, une opération inédite portée par la Fondation Seligmann

En partenariat avec les directions des services départementaux de l'éducation nationale, la Région Île-de-France et les Rectorats, la Fondation Seligmann a poursuivi et renforcé son « opération dictionnaires » en remettant un dictionnaire à chacun des élèves allophones arrivants sur le sol français suivis dans les dispositifs appelés UPE2A (Unités pédagogiques pour les élèves allophones arrivants) dans les collèges et lycées à Paris, en Essonne et en Seine-Saint-Denis ainsi que dans les écoles élémentaires sur Paris.

Cette opération promeut le « vivre ensemble » et encourage les processus d’intégration puisque l’apprentissage de la langue est le premier vecteur d’échanges et de partage. Les dictionnaires ont vocation à être rapportés aux domiciles de l’élève et pouvoir ainsi profiter à la famille entière. 

Un dictionnaire, ce sont des mots qui donnent la force de dire et nommer les choses, de formuler son avenir, et ainsi d’être libre ; c’est la connaissance par la découverte, à travers ses pages, d’une langue, de l’histoire, de la culture, de la France, de son pays d’origine, etc. ; c’est un outil qui se garde toute la vie et qui par la suite se transmet d’une génération à l’autre.

FAVORISER L'ÉGALITÉ DES CHANCES EN MILIEU SCOLAIRE

- Avec des séjours pédagogiques pour découvrir le monde et le vivre ensemble

Située dans le quartier Politique de la Ville de la Porte de Clignancourt à Paris 18ème dont les indicateurs de précarité sont parmi les plus élevés, l’école élémentaire spécialisée Rouanet appartient au réseau ECLAIR du collège Maurice Utrillo. Dans le cadre de son projet d’école, un séjour à Berck-sur-Mer est organisé du 7 au 9 avril 2015 à l’occasion du festival du cerf-volant afin de développer autour de l’aérologie, la maîtrise de la langue, les compétences civiques et sociales et de susciter une ouverture sur le monde pour deux classes de CE1 et une classe de CE1/CM1 impliquant 68 élèves.

L’école élémentaire Goubet, dans le quartier Manin/Jaurès à Paris 19ème, est fréquentée par des élèves issus de milieux précaires ou de l’immigration. Avec un projet de « Parcours d’éducation artistique et culturelle » pluridisciplinaire, elle permet aux élèves de rencontrer des artistes, découvrir des lieux scientifiques, des lieux culturels, pratiquer des activités culturelles et assister à des spectacles et concerts. Cette démarche tend à favoriser la solidarité pour mieux vivre ensemble à l’école, le travail en équipe et la fréquentation assidue des ressources artistiques, culturelles et scientifiques du quartier. Cette action concerne 85 élèves répartis en deux classes de CP, une classe de CM1 et une classe de dix élèves allophones arrivants.

L’école maternelle Bréchet est située dans le quartier Politique de la Ville de la Porte de Saint-Ouen à Paris 17ème particulièrement touché par la précarité et classé zone urbaine sensible. Dans le cadre du projet d’école, un séjour à Veulette-sur-Mer du 8 au 10 juin 2015 offre aux élèves la chance de connaître un autre environnement, d’aider leurs familles à lutter contre le communautarisme et leur donne l’occasion d’apprendre à vivre ensemble et de découvrir l’autre. Cette action concerne deux classes de grande section de maternelle impliquant 41 élèves.

 - Avec des projets artistiques pour s'ouvrir à la culture

L’école élémentaire Pierre Budin accueille depuis plusieurs années un artiste plasticien en résidence. Elle est devenue en 2013, centre de ressources artistiques permettant à l’ensemble des écoles de la circonscription de la Goutte d’Or à Paris 18ème d’accéder à la bibliothèque dédiée et de participer aux installations. Le projet de résidence au sein de l’école permet aussi aux enseignants d’être accompagnés par l’artiste et d’exposer sur place les œuvres des élèves ou des artistes. De nombreuses visites culturelles sont également organisées. L’artiste contemporain en résidence en 2014-2015, Bertrand Lamarche, réalise avec les élèves une œuvre composée d’images animées sur la base de séquences filmées avec deux caméras, l’une tractée par un train, l’autre poussée par un second train. 

Le collège Gustave Flaubert, situé dans le quartier politique de la Ville des Olympiades à Paris 13ème, propose aux élèves de CM2 et de 6ème de travailler, dans le cadre d’ateliers d’écritures dirigés par le poète Amadou Elimane Kane, autour des thématiques suivantes : « la montée du totalitarisme », « humour et tolérance », « la tentation du communautarisme ». Le travail en classe sera soutenu par des visites sous formes d'ateliers pédagogiques dans des institutions telles que : la Cité nationale de l'histoire et de l'immigration ou encore le Mémorial de la Shoah. Ce projet à destination de près de 350 élèves permet de développer la liaison inter-degrés et œuvre pour la construction de valeurs communes.

L’Espace Françoise Seligmann, à Paris 10ème a mis en place, dans le cadre des activités physiques et sportives des élèves de 5ème, un projet d’initiation à l’univers de la danse Hip Hop en lien avec l’histoire des arts. Les élèves assistent à des spectacles de danse, ce qui leur permet de sortir de leur environnement quotidien grâce à des découvertes artistiques.

Le projet « La Passerelle poétique », institue une liaison pédagogique entre tous les élèves de 6ème du collège Charles Péguy à Paris 18ème et les élèves de CM2 des trois écoles primaires du secteur Bolivar, Rampal et La Salle, autour de la lecture, de l'écriture et de l'oralité en poésie, vise à renforcer la maîtrise de la langue et à élargir les connaissances culturelles en donnant du sens aux apprentissages. Les élèves sont amenés à écrire des poèmes à partir de la lecture de textes appartenant au patrimoine poétique, d'activités pédagogiques autour de la poésie d'Amadou Elimane Kane, de recherches documentaires sur l'auteur et de rencontres. Les poèmes sont ensuite travaillés à l'oral à l'occasion d'un récital radiophonique et publiés sous forme d'un recueil. Sur l’année scolaire 2014-2015 la Fondation Seligmann permet l’achat des livres de l’artiste en résidence pour chacun des 178 élèves dans le cadre du projet pédagogique soutenu. 

L’association Péniche Opéra intervient dans le cadre d'ateliers de découverte et d'initiation au monde de l'opéra, du théâtre musical et de la comédie musicale à travers des approches culturelles, techniques, artistiques. 90 élèves du CE2 au CM2, des trois écoles élémentaires de la rue Tandou à Paris 19ème, seront amenés à créer entièrement un mini opéra sur une thématique citoyenne. Les familles seront conviées lors des sorties culturelles organisées : expositions, opéra, goûters lyriques. L'objectif est de permettre aux enfants de mieux appréhender le processus de création, de favoriser l'ouverture culturelle, le respect de l'autre par un projet collectif, la création de liens sociaux entre enfants, parents/enfants et les habitants du quartier en participant à des ateliers en dehors de l'école, sur la péniche, quai de la Loire. La Fondation Seligmann prend en charge l’achat de matériels pour la construction des décors, la fabrication des costumes, la billetterie pour les sorties culturelles.

- Avec des projets historiques pour s'ouvrir à la réflexion autour de la mémoire

Le collège Jean-Baptiste Clément à Paris 20ème, en Réseau de Réussite Scolaire, mène depuis 2012 un travail de mémoire pluridisciplinaire autour de l’histoire de la Shoah avec l’ensemble des élèves des classes de 3ème, dont l’objectif est d’engager, au-delà de l’acquisition de connaissances complémentaires au programme scolaire et de méthodes, une réflexion morale et citoyenne pour donner du sens aux valeurs républicaines et humanistes d’égalité, de tolérance, de vigilance et de lutte contre les discriminations.
Pour l’année scolaire 2014-2015, ce projet porte sur l’étude de témoignages et de documents divers, la réalisation d'un voyage à Auschwitz, la rencontre d’anciens déportés lors des cérémonies mémorielles et l’élaboration de divers travaux de restitution (site Internet regroupant des témoignages sonores, diaporama, notices biographiques et bibliographiques, exposition à la Mairie du 20ème). La Fondation Seligmann prend en charge les frais de séjours à Auschwitz.

Lien vers le podcast de la matinale d'Europe 1 du 27 janvier :  
 
Site internet :

- Avec des projets scientifiques

Dans le cadre du dispositif « la main à la pâte », ayant pour but de rénover l'enseignement scientifique à l'école, l'école élémentaire Cavé, appartenant au Réseau d’Éducation Prioritaire+ du collège Clémenceau à Paris 18ème, accueille un stagiaire de l’École Polytechnique pour assurer des ateliers scientifiques. L'école Cavé, centre de ressources du réseau, est centre Pilote dans le cadre d'une convention triennale avec l'Académie des Sciences, l'Éducation nationale, la Mairie de Paris et la Fondation Seligmann, qui permet d’assurer l’hébergement du stagiaire. Ces ateliers se déroulent aussi dans les 15 autres écoles élémentaires et maternelles du secteur Goutte d’Or, soit 35 classes représentant 700 élèves âgés de 3 à 11 ans. Ce projet « égalité des chances » est destiné à restaurer l'image de l'école considérée, comme une « école ghetto » et à valoriser les élèves et leurs familles majoritairement d'origine étrangère vivant dans des conditions difficiles.

FAVORISER L'EGALITE DES CHANCES PAR L'OUVERTURE CULTURELLE

            - Avec l’accompagnement éducatif solidaire

L’association pour la Fondation Etudiante pour la Ville (AFEV) Paris poursuit depuis 5 ans une action d’accompagnement individualisé de 40 enfants nouvellement arrivés en France, en lien avec deux centres d’accueil de demandeurs d’asile à Paris - Frot et Bercy - et les classes d’accueil et de NSA des collèges Robert Doisneau à Paris 20ème et Camille Claudel à Paris13ème. Cet accompagnement, dispensé par les 41 étudiants bénévoles, se caractérise par une aide scolaire de deux heures par semaine, avec un appui à l’apprentissage de la langue, des sorties culturelles et pédagogiques, et la participation à des ateliers collectifs de découverte culturelle. En 2014-2015, les bénévoles ont choisi de travailler sur « le voyage », afin de favoriser le processus d’intégration de ces enfants et de leurs familles dans leur société d’accueil. La Fondation Seligmann permet l’achat de matériels, les sorties culturelles, les transports, les activités avec les familles, le matériel de recrutement et la formation des étudiants bénévoles pour ce projet.

L’association Quartier Libre XI poursuit, dans les quartiers de Belleville et de la Fontaine au roi (ZUS), à Paris 11ème un projet de démocratisation de la musique classique auprès des enfants du quartier et de leurs familles tout en leur assurant un soutien scolaire : initiation à la musique, travail sur le comportement (écoute, concentration). Depuis 2010 des cours de musique sont dispensés deux fois par semaine pour les enfants, avec la réalisation d’un concert de fin d’année avec d’autres groupes du projet d’éducation musicale DEMOS (Dispositif d’Education Musicale et Orchestrale à vocation Sociale). La Fondation Seligmann contribue pour l’achat de fournitures de dessin, de documentation pédagogique et de matériel, les sorties culturelles avec la billetterie et les transports

L’association Soutenir, Organiser, Créer des Réseaux d’Apprentissage Tous Ensemble (S.O.C.R.A.T.E.) à Paris 20ème assure un parrainage scolaire par des lycéens bénévoles - suivi individuel d'un jeune en échec scolaire et/ou en manque de confiance en lui par un lycéen, proche de son âge, en lien avec les établissements scolaires partenaires, pour favoriser les apprentissages, le lien social et renouer avec le système éducatif. Une vingtaine d’établissements scolaires parisiens s’inscrivent dans ce dispositif. Elle apporte un soutien aux familles, sous forme de rencontres individuelles ou collectives à leur domicile ou au sein de l'établissement scolaire, pour mieux appréhender le système éducatif, faciliter le dialogue avec l'équipe enseignante, et ainsi les encourager à s'impliquer davantage dans la scolarité de leurs enfants. Des sorties permettent, au-delà de l'ouverture culturelle, de renforcer les liens parents/enfants. Le financement des sorties culturelles pour l’année scolaire 2014-2015 est assuré par la Fondation Seligmann.

L'INSERTION SOCIALE ET LA LUTTE CONTRE L'EXCLUSION SOCIALE

- Avec l’apprentissage de la langue

Bibliothèques Sans Frontières met en place des espaces médiathèques dans trois centres d'accueil pour mineurs isolés étrangers de la Croix Rouge à Paris, Bobigny et au sein de la zone d'urgence humanitaire de Roissy à Tremblay-en-France, afin de leur faciliter l'accès à l'information, l'apprentissage du français et leur intégration sur le territoire. Les 489 jeunes accueillis dans ces centres bénéficieront d’une ouverture directe sur la culture et l’information par la mise en place de ces médiathèques en liaison avec les structures publiques. Les intervenants sociaux et les animateurs de ces centres d’accueil seront formés à la gestion et l’animation de ces médiathèques.  

Dans une démarche d'égalité des chances, d'ouverture culturelle et de renforcement du lien social le Secours Populaire à Paris a formé le projet de favoriser l'accès à la culture de 80 apprenants (personnes étrangères résidentes ou primo-arrivantes) des cours de français (cours d'alphabétisation, FLE, DILF) à travers des sorties aux musées, des visites de monuments historiques, des représentations théâtrales... permettant ainsi de faciliter le processus d'intégration par la découverte de la société d'accueil. Dans le même temps,l’association a souhaité pérenniser la bibliothèque de l'accueil de jour Ramey à Paris 18ème accueillant des personnes en grande précarité (sans abris, populations d'origine étrangère, en alphabétisation, enfants et parents isolés...) afin de favoriser l'accès au livre, l'apprentissage du français, aider à la réinsertion et à la création du lien social par des lectures à voix haute, des séances de jeux éducatifs, des débats thématiques.

L’association Paroles Voyageuses à Paris 19ème exerce des activités linguistiques, en direction de 200 personnes rencontrant des difficultés de langue, pour certaines en situation précaire, ressortissants étrangers, personnes en situation d'illettrisme, professionnels peu ou pas qualifiés, demandeurs d'emploi, retraités, étudiants, et peut renforcer ses ressources pédagogiques par l'achat d'ouvrages et manuels de référence afin de répondre au mieux aux besoins des publics accueillis avec l’achat d’ouvrages pédagogiques.

Les Restaurants du Cœur, au-delà de la seule aide alimentaire, développent une activité d’aide à la personne depuis 1999, dont la lutte contre l’illettrisme constitue une priorité. Des ateliers de lutte contre l’illettrisme ont été mis en place afin d’aider à l’insertion et à la réinsertion professionnelle des bénéficiaires, favoriser l’autonomie dans la vie quotidienne, savoir faire des démarches administratives, permettre aux parents d’aider leurs enfants dans leurs devoirs et créer du lien social en particulier en Ile-de-France. Des ateliers d’accompagnement scolaire ont été parallèlement créés avec une ouverture culturelle. La Fondation Seligmann participe à ces actions dans le cadre d’une convention triennale avec l’achat de dictionnaires linguistiques, de vidéoprojecteurs, de fournitures scolaires et d’ouvrages de littérature jeunesse ainsi que la prise en charge des frais de transport pour les sorties culturelles.

Dans le cadre de l’action linguistique et culturelle qu’elle mène en direction des jeunes migrants, l’association « Kolone » organise des cours de français langue étrangère en vue du passage du diplôme d’études de langue française (DELF). En partenariat avec le Cinq et le 104, un atelier « D’un monde à l’autre : métamorphoses » comporte un projet de lecture/traduction de poésie française et étrangère. L’édition d’un livret restituant les travaux des participants est prévue. Cette démarche permet l’intégration par l’apprentissage de la langue française mais favorise aussi la création et surtout la confiance en soi.

2013-2014

L’Espace Françoise Seligmann (Paris 10ème) a été inauguré le 20 mai 2014 en présence notamment de François Weil, Recteur de l’Académie de Paris, Anne Hidalgo, Maire de Paris, Bertrand Delanoë, Maire honoraire de Paris, et Pierre Joxe, Président de la Fondation Seligmann. Cette annexe du Collège Valmy (Paris 10ème), avec lequel la Fondation travaille avec succès depuis de nombreuses années, est appelée à devenir le Collège Françoise Seligmann à la rentrée 2015. Souhaitant contribuer au développement du fonds documentaire du CDI de cet établissement, la Fondation a financé l’achat de 250 livres, BD et DVD dont les contenus, liés au programme scolaire, portent aussi sur les thèmes de l’égalité hommes/femmes, la défense des Droits de l’Homme, la lutte contre le racisme, la Résistance, le journalisme... Ce fonds donnera aux élèves de 6ème et 5ème, puis aux autres classes, ainsi qu’aux professeurs, l’appui documentaire nécessaire à leurs projets et favorisera la réflexion et les débats autour de sujets de société et d’histoire.

Vous trouverez l’intégralité des discours et des photos de cet évènement sur le site de la Fondation Seligmann en cliquant ici.

LE TRAVAIL DE MÉMOIRE

La Fondation Seligmann soutient les projets proposant un travail mémoriel, incitant le public visé à dialoguer, à mieux comprendre l’autre et sa culture, favorisant ainsi la lutte contre toute forme d’intolérance et le respect des différences.

Après un travail sur la montée du nazisme et la condition des Juifs en Europe, en France et en Afrique du Nord coordonné par l’association « Projet Aladin » (Paris 12ème), un groupe de 12 femmes juives et musulmanes françaises, vivant en Seine-Saint-Denis, ont effectué un voyage de mémoire d’une journée à Auschwitz-Birkenau.

Le projet pluridisciplinaire de l’association Le Regard de l’Autre (Paris 19ème) permet aux élèves de 4ème du Collège Michelet d’être sensibilisés à l’histoire de Toussaint Louverture, et plus généralement à l’histoire de l’esclavage avec la réalisation d’une exposition itinérante et un reportage vidéo. Il s’inscrit également dans une démarche de développement local par la participation des habitants du quartier à diverses activités (réalisation d’interviews, diffusion du téléfilm « Toussaint Louverture »). 

Le Collège Jean-Baptiste Clément à Paris 20ème, en Réseau de Réussite Scolaire, mène depuis 2012 un travail de mémoire pluridisciplinaire autour de l’histoire de la Shoah avec l’ensemble des élèves des classes de 3ème, dont l’objectif est d’engager, au-delà de l’acquisition de connaissances complémentaires au programme scolaire et de méthodes, une réflexion morale et citoyenne pour donner du sens aux valeurs républicaines et humanistes d’égalité, de tolérance, de vigilance et de lutte contre les discriminations.
La Fondation Seligmann prend en charge les frais de séjours à Auschwitz.

DYNAMISME DE QUARTIER

Afin de lutter contre le repli communautaire, la Fondation Seligmann soutient les associations qui œuvrent, principalement avec les jeunes, pour favoriser le dialogue entre personnes aux origines diverses et créer un lien durable entre les habitants d’un même quartier.

L’association Cafézoïde (Paris 19ème) poursuit son travail d’animation du quartier du Quai de Loire et de lutte contre les discriminations par la mise en place d’une « assemblée des enfants » où ces derniers peuvent s’exprimer pour mieux comprendre leur environnement, apprendre à penser par eux-mêmes, à travers des échanges (interventions de journalistes, de sociologues, d’historiens, d’écrivains...) et diverses activités (théâtre, blog, slam, clip vidéo...) sur la question des discriminations. Ces échanges s’avèrent indispensables car l’association a noté, au sein de ses locaux et dans les écoles où elle intervient, une recrudescence de propos racistes.

CONSOLIDATION DES SAVOIRS PAR DES ACTIVITÉS ARTISTIQUES ET CULTURELLES

Accéder à la culture, sous toutes ses formes, par la participation à des ateliers d’écriture et d’expression orale (littérature, théâtre…), à des ateliers de dessin ou de peinture, à des sorties au musée ou autres, est un moyen d’intégration sociale et de lutte contre l’exclusion. Les personnes concernées, enfants et adultes, prennent confiance en elles, apprennent le respect de la parole et des idées des autres. C’est également un apprentissage ludique de la langue française. La Fondation Seligmann encourage les initiatives qui, par l’ouverture culturelle, renforcent les liens parents/enfants et parents/école.

Dans ce cadre, elle soutient les projets de résidence culturelle tels que ceux de l’association Orange Rouge, « Entendez-vous ce que je vois ? », dans les collèges Daniel Mayer et Aimé Césaire (Paris 18ème) et de l’école élémentaire Pierre Budin (Paris 18ème) qui accueille, avec l’école maternelle Richomme, l’artiste contemporain Malachi Farrell. En travaillant directement avec les artistes, les élèves sont sensibilisés aux processus de création : écrire une pièce de théâtre ou étudier le concept de performance éphémère, et à la valeur du travail collectif. Guidés par ces artistes, ils réalisent des œuvres qui s’inspirent de la vie de leur école, de leur quartier… Un travail sur la langue française est proposé par le projet « La poésie dans tous ses états », porté par le Collège Charles Péguy (Paris 19ème) et le poète africain Amadou Elimane Kane. Ce dernier accompagne les élèves de 6ème dans leur découverte du patrimoine poétique et les initie à la lecture, l’écriture et la récitation de poèmes. Leurs travaux sont disponibles sur le site de Radio Clype.

Permettre aux enfants en grande difficulté scolaire d’apprendre et de progresser par le biais de la culture est l’objectif de l’association Entraide Scolaire Amicale (Paris 19ème) qui procure à 150 enfants (6 à 16 ans), issus des quartiers Politique de la Ville de l’Essonne, un accompagnement à la scolarité individualisé à domicile, renforcé par des sorties culturelles. De même, le projet « Savoir Oral Attitude » mis en place depuis plusieurs années par le Collège Georges Clémenceau (Paris 18ème) évite le décrochage scolaire à des élèves de 5ème et 4ème, par l’expression orale, la participation à des ateliers de pratique théâtrale et des sorties entre autres au théâtre du Ranelagh et à la Comédie Française.

L’association Quartier Libre XI poursuit, dans les quartiers de Belleville et Fontaine au Roi (ZUS), son projet de démocratisation de la musique classique auprès des enfants du quartier suivis en soutien scolaire et de leurs familles : initiation à la musique, travail sur le comportement (écoute, concentration). Depuis 2010, des cours de musique sont donnés deux fois par semaine aux enfants en vue d’un concert de fin d’année avec d’autres groupes du projet DEMOS (Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale) sur l’Île-de-France. Si tous les enfants ne participent pas au concert, tous suivent les ateliers musicaux et assistent à différents concerts avec leurs familles.

 

Le Terrier d’Hégésippe, association parisienne, propose des ateliers de sensibilisation et de pratique des métiers de journaliste et photographe à 25 élèves de 4ème du Collège François Villon à Paris 14ème, au cours desquels ils découvrent et apprennent les techniques de l’interview et du reportage, des prises de vue et du cadrage, de la prise de son, de la rédaction d’articles, et abordent l’histoire de la photo, avec la réalisation d’un important projet final multimédia sur la thématique du « territoire ».
Cette démarche sensibilise les élèves à leur quartier et favorise le respect de l’autre par des rencontres avec les habitants, l’estime de soi et l’égalité des chances.
La Fondation Seligmann finance l’achat du matériel photo, des tirages numériques et des fournitures, ainsi que de la billetterie et des transports nécessaires à la réalisation du projet.

Le Collège Lucie Faure - site Garcia à Paris 20ème, en Réseau de Réussite Scolaire, initie pour l’année scolaire 2014-2015 un travail pluridisciplinaire sur la lecture et l’écriture en l’articulant à l’oralité, avec l’intervention d’un poète d’origine sénégalaise Amadou Elimane Kane. Ce projet permet à 50 élèves de 6ème et 4ème, en grande difficulté scolaire et issus majoritairement de l’immigration et/ou d’un milieu défavorisé, de renforcer la maîtrise de la langue, de donner du sens aux apprentissages, de favoriser l’estime de soi par la valorisation de leur créativité, notamment à travers la mise en mots et en musique de leurs travaux avec une diffusion sur Radio Clype, et ainsi de lutter contre le décrochage scolaire. Grâce à la Fondation Seligmann les élèves pourront recevoir le recueil restituant leurs travaux avec Amadou Elimane Kane et le CDI du collège pourra acquérir de nouveaux ouvrages.

En mars 2014, 68 enfants, âgés de 4 à 6 ans, de l’école maternelle Tchaïkovski, située au sein du quartier Politique de la ville de La Chapelle à Paris 18ème, sont partis en classe découverte dans une ferme à Romagne dans le Poitou. Ce séjour a permis aux enfants de sortir de leur quartier, en découvrant un environnement différent, voire inconnu, avec les animaux et les produits issus du lait, d’apprendre les règles de la vie en collectivité et de renforcer leur maîtrise de la langue orale. La Fondation Seligmann est intervenue pour la prise en charge des frais de transports.

L’association Môm’Didot à Paris 14ème organise des ateliers tout au long de l’année scolaire, ainsi que des stages durant les vacances, autour de l’image par le biais du multimédia et la gravure (modelage, dessin, danse, écriture, mime, citoyenneté, photographie) à destination d’une soixantaine d’enfants, âgés de 6 à 11 ans, du quartier de la Porte de Vanves, issus majoritairement de familles fragilisées. Cette démarche favorise l’ouverture culturelle, la créativité, l’égalité des chances et l’estime de soi par la valorisation des travaux des enfants lors d’expositions, de spectacles, de la diffusion de films/reportages, en présence des familles et des habitants du quartier. Elle encourage ainsi la création de liens entre les habitants d’un même quartier et la mixité sociale. La Fondation Seligmann finance l’achat d’ouvrages pédagogiques, de matériels audio, vidéo et pédagogique.


INSERTION SOCIALE ET PROFESSIONNELLE PAR L’APPRENTISSAGE DE LA LANGUE FRANÇAISE

La Fondation Seligmann soutient les initiatives qui, tout en mettant l’accent sur la découverte de la société française par le biais d’actions culturelles et l’apprentissage de la langue française, aident les populations fragiles à s’insérer socialement et professionnellement.

La Fédération de Paris du Secours Populaire Français (Paris 18ème) propose à 80 apprenants (personnes étrangères résidentes ou primo-arrivantes), assistant à des cours de français (alphabétisation, FLE, DILF), de participer à des sorties aux musées, des visites de monuments historiques, des représentations théâtrales, cinéma... De plus, dans le cadre du projet « Tournons la page » mis en œuvre par Bibliothèques Sans Frontières, l’association a pérennisé la bibliothèque de lAccueil de jour Ramey et créé des espaces similaires dans 9 autres antennes où, pour créer du lien social pour des personnes en grande précarité (sans abris, populations d’origine étrangère, en alphabétisation, enfants et parents isolés...) des lectures à voix haute, des séances de jeux éducatifs, des débats thématiques sont organisés.

Pour la quatrième année scolaire consécutive, la Fondation Seligmann, avec l’aide logistique de la Mairie de Paris (DASCO) et du Rectorat (CASNAV), a remis un dictionnaire à chaque élève primo-arrivant non francophone nouvellement arrivé sur le sol français et scolarisé dans les écoles élémentaires, les collèges et les lycées parisiens. 2  058 dictionnaires ont été distribués dans 50 écoles élémentaires, 33 collèges et 25 lycées, avec pour finalité d’être rapportés aux domiciles des élèves et de profiter à la famille entière.

l’Association Kolone, à l’« Antenne Jeunes Flandre » (Paris 19ème), organise des cours de français langue étrangère à destination de jeunes migrants, âgés de 16 à 25 ans, en grande précarité, isolés, n’ayant pas accès aux dispositifs publics de formation linguistique ni à la scolarité et à l’emploi, afin de favoriser leur intégration dans la société française, de les sortir de l’errance par la construction de repères.

l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville à Paris (Afev75) poursuit son action d’accompagnement individualisé de 40 enfants nouvellement arrivés en France par des étudiants bénévoles, en lien avec deux centres d’accueil de demandeurs d’asile et les classes d’accueil et de NSA (non scolarisés antérieurement) des collèges Robert Doisneau (Paris 20ème) et Camille Claudel (Paris 13ème), à travers une aide scolaire, un appui à l’apprentissage de la langue, des sorties culturelles et pédagogiques.

Avec ce même esprit de consolidation du lien social par des activités collectives, l’association Accueil Laghouat (Paris 18ème) permet à environ 60 personnes, issues de l’immigration et résidant dans le quartier de la Goutte d’Or, inscrites à ses formations linguistiques, de participer à des ateliers d’écriture, à des sorties culturelles axées sur le Moyen Âge et de réaliser un carnet de voyage autour de la découverte du Mont Saint-Michel, à la suite d’un séjour de 3 jours (avec ateliers de calligraphie, d’enluminure, vitrail...). 

L’association Français Langue d’Accueil à Paris 10ème propose des ateliers de français pour 420 demandeurs d’asile et réfugiés non francophones, avec une préparation au DILF et au DELF, afin de leur permettre une meilleure compréhension de la société d’accueil et faciliter leurs démarches dans la vie quotidienne, le suivi de la scolarité de leurs enfants et leurs recherches d’emploi. La Fondation Seligmann a décidé de participer au financement des inscriptions au DILF et au DELF en 2014.

 

2013

 

Pour l'accueil des migrants par l’apprentissage du français, l’accès aux droits et aux soins

Le GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés) combat toutes les formes de racisme et de discrimination. Il réunit toutes les informations sur la situation juridique, économique et sociale des étrangers et des immigrés, il informe et soutient les étrangers dans l’exercice et la protection de leurs droits. A ce titre, il assure la formation de bénévoles associatifs œuvrant dans le domaine de l’aide et l’assistance gratuite aux migrants. La Fondation Seligmann soutient l’association pour la troisième année consécutive, avec une aide financière permettant la prise en charge partielle de la participation aux stages de formation de 193 personnes, stagiaires ou bénévoles associatifs.

L'association Primo Lévi à Paris 11ème gère un centre de soins accueillant les victimes de la torture et de la violence politique, en provenance de nombreux pays. Ce centre assure un suivi médical, psychologique et socio-juridique des familles, des enfants et adolescents (mineurs isolés). Il leur permet de mettre des mots sur les souffrances et tortures endurées et les aide à se reconstruire. Le centre de soins prend en charge ces personnes, envoyées par les services éducatifs ou sociaux.Dans le cadre des soins et des démarches administratives, la précision de la traduction est primordiale, et ne peut se faire qu’avec le concours d'interprètes professionnels. La Fondation Seligmann permet de faire appel à des prestations d’interprétariats en particulier pour les enfants et les mineurs isolés.

Accompagner la scolarité, favoriser l'accès au savoir et à la culture des enfants et des adolescents

Pour la troisième année scolaire consécutive, la Fondation Seligmann, avec l’aide logistique de la Mairie de Paris (DASCO) et du Rectorat (CASNAV), a remis un dictionnaire à chaque élève primo-arrivant non francophone nouvellement arrivé sur le sol français et scolarisé dans les écoles élémentaires, les collèges et, pour la première fois en 2013, les lycées parisiens. 2 226 dictionnaires ont été distribués dans 51 écoles élémentaires, 33 collèges et 25 lycées, avec pour finalité d’être rapportés aux domiciles des élèves et de profiter à la famille entière.
Un dictionnaire, ce sont des mots qui donnent la force de dire et nommer les choses, de formuler son avenir, et ainsi d’être libre ; c’est la connaissance par la découverte, à travers ses pages, d’une langue, de l’histoire, de la culture, de la France, de son pays d’origine ; c’est un outil qui se garde toute la vie et qui par la suite se transmet d’une génération à l’autre.
De fait, cette opération promeut le « vivre ensemble » et encourage les processus d’insertion par l’apprentissage de la langue, premier vecteur d’échanges et de partage.

Consolidation des savoirs par des activités artistiques et culturelles

En lien avec un projet de comédie musicale « d’île en île », 21 enfants de CM2 de l’école Tourtille (Paris 20ème), issus majoritairement de l’immigration, ont été amenés à appréhender un environnement différent de celui du quartier de Belleville lors d’un séjour de découverte d’une semaine en autogestion à Saint-Pierre-d’Oléron, comprenant des activités de découverte du milieu marin et la préparation du décor du spectacle. Ce voyage a permis l’apprentissage du respect de l’autre et des règles de vie en communauté, l’autonomie et le développement de compétences sociales et civiques.

2012-2013

 

Du partenariat avec les établissements scolaires pour l’apprentissage du « vivre ensemble », du respect de l’autre, du dépassement de soi et de l’autonomie...

L’école élémentaire mixte A Pierre Foncin, à Paris 20ème, met en œuvre, sur cinq ans, un projet d’école-orchestre soutenu par l’inspection académique. Le but est d’amener la pratique instrumentale à l’école, afin de toucher un plus grand nombre d’enfants. Cette démarche innovante de création, effectuée en liaison avec l’Association musicale Vivaldi, redonne une place à chaque enfant, développe l’autonomie, permet l’intégration des élèves non francophones, la solidarité, l’apprentissage du respect de l’autre... et du matériel. Le projet touche, en 2012-2013, 254 élèves, des onze classes de l’école située en ZEP, du CP au CM2. Afin de faciliter l’apprentissage de la musique et pour que chaque enfant puisse pratiquer son instrument à la maison, la Fondation Seligmann permet la création d’un parc instrumental propre à l’école, avec l’achat d’instruments de musique : violons, violoncelles et flûtes traversières, en liaison avec le Conservatoire de Paris 20ème.

...et des partenariats institutionnalisés...

Dans le cadre du dispositif "La main à la pâte", ayant pour but de rénover l’enseignement scientifique à l’école, l’École élémentaire Cavé appartenant au réseau Écoles, Collèges et Lycées pour l’Ambition et la Réussite (ECLAIR) Georges Clémenceau, à Paris 18ème, accueille pour la troisième année consécutive un stagiaire de l’École Polytechnique pour assurer des ateliers scientifiques. Le stagiaire anime aussi des ateliers dans sept écoles élémentaires, sept maternelles et deux écoles polyvalentes du secteur Goutte d’Or. Ce projet « égalité des chances », destiné à restaurer l’image d'un établissement considéré comme une "école ghetto" et à valoriser ses élèves et leurs familles d’origine étrangère, vivant dans des conditions difficiles, concerne environ 3 000 enfants. L’École Cavé, centre de ressources du réseau, est devenue centre Pilote dans le cadre d’une convention triennale avec l’Académie des Sciences, l’Éducation nationale, la Mairie de Paris, la Fondation Lamap et la Fondation Seligmann. La Fondation permet l’hébergement gratuit du stagiaire polytechnicien à Paris.

...au partenariat avec des associations :

 

Pour l’accompagnement, le soutien scolaire et les découvertes culturelles

En 2012-2013, l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville à Paris (Afev75) renouvelle un soutien hebdomadaire à destination d’enfants non francophones, nouvellement arrivés en France, assuré par des étudiants bénévoles, en lien avec la classe d’accueil et de NSA (non scolarisés antérieurement) du Collège Robert Doisneau à Paris 20ème et l’association France Terre d’Asile. Cette démarche favorise le processus d’intégration de ces enfants et de leurs familles, par un accompagnement à la découverte de la société d’accueil. Les quarante enfants concernés bénéficient d’une aide scolaire, d’un appui à l’apprentissage de la langue, de sorties culturelles et d’activités avec les familles. La Fondation Seligmann finance l’achat de matériels pédagogiques et de divers matériels, ainsi que la prise en charge des transports lors des sorties culturelles, les activités avec les familles et la formation des bénévoles.

Pour l’année scolaire 2012-2013, la Compagnie Varsorio a mis en place, en lien avec le Réseau d’éducation prioritaire, un projet « Masques éducatifs », avec des ateliers hebdomadaires de théâtre masqué et deux sorties sur l’année. Le projet concerne soixante élèves de 6ème rencontrant des difficultés scolaires importantes dans trois collèges de Paris 18ème et 19ème - Georges Méliès, Edmond Michelet et Daniel Mayer - situés en quartiers « Politique de la Ville ». Ces ateliers sont destinés à favoriser la réussite éducative des élèves par le travail ludique des textes au programme de français et à développer leur assurance à l’oral et en public. Le projet se conclut par la réalisation d’un festival « Masques en scène » permettant la rencontre de l’ensemble des élèves du projet, originaires de quartiers réputés antagonistes. La Fondation Seligmann prend en charge des achats de matières et fournitures pour les costumes, les masques, les accessoires et le décor.

L’Association Quartier Libre XI poursuit sur l’année scolaire 2012-2013, dans les quartiers Belleville et Fontaine au roi (ZUS), son projet de démocratisation de la musique classique auprès des enfants du quartier suivis en soutien scolaire et de leurs familles : initiation à la musique, travail sur le comportement (écoute, concentration). Depuis 2010, des cours de musique sont donnés deux fois par semaine aux enfants, en vue d’un concert de fin d'année avec d’autres groupes du projet d’éducation musicale DEMOS (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) sur l’Île-de-France. Si tous les enfants ne participent pas au concert, tous suivent les ateliers musicaux et assistent à différents concerts avec leurs familles. La Fondation Seligmann contribue à l’achat de la documentation, à l’entretien et l’assurance des instruments, à la billetterie des concerts et des transports, et à la constitution d’albums photos-souvenirs.

L’Association Quartier Saint-Bernard propose, à Paris 11ème, des activités visant à créer une dynamique de quartier, à favoriser la mixité sociale et à inscrire les jeunes dans une démarche citoyenne et participative, avec l’accompagnement scolaire et le club de foot citoyen, en particulier pour les jeunes en décrochage scolaire ou isolés. L’association organise pour une quinzaine de ces adolescents un « séjour de chantier jeunesse et d’intégration à la montagne » au printemps 2013, leur permettant de sortir de leur quartier, d’échanger avec d’autres jeunes, de réaliser des tâches manuelles et de vivre en collectivité pour une meilleure intégration. La Fondation Seligmann prend en charge l’hébergement et les frais de séjour des quinze jeunes concernés.

Pour « vivre ensemble » dans les quartiers difficiles et travailler à la solidarité contre l’exclusion

L’Association CaféZoïde anime, à Paris 19ème, un Café des enfants ouvert à tous, avec une ludothèque de rue, permettant de créer un environnement favorable à l’expression et l’épanouissement de l’enfant, dans le respect de sa personne, de son histoire, de ses droits et de sa liberté. Le café dispose de quatre espaces : d’expression artistique, d’expression sociale, d’information et de ressources, et enfin de jeux, d’hospitalité et de fêtes. Le projet a pour mission de lutter contre l’exclusion, de favoriser le « vivre ensemble » par le jeu avec les « jeux zoïdes » et d’agir pour le développement local par son emplacement, quai de la Loire. La Fondation Seligmann finance le renouvellement de grands jeux et l’achat de matériels pour les ateliers artistiques.

Bibliothèques Sans Frontières (BSF) porte un projet - « Tournons la page ! » - de création de bibliothèques et de mise en place d’animations et de formations dans quatre centres d’accueil parisiens pour personnes en situation d’exclusion et de précarité. Les bibliothèques seront dotées de 1 500 ouvrages, d’outils informatiques et multimédia, avec un programme comportant des ateliers de lecture, d’écriture, de recherche Internet, de recherche d’emploi, de cours d’informatique et d’initiation à l’apprentissage du français, permettant de favoriser le processus de réinsertion en donnant accès à l’information et à la documentation technique, à la culture pour tous, et en permettant l’accompagnement des usagers dans leur démarche personnelle. Les publics concernés sont les résidents des centres d’hébergement de l’Armée du Salut, de Coallia (ex-Aftam) et d’Emmaüs, ainsi que les personnes reçues quotidiennement à l’Accueil de jour du Secours Populaire. La Fondation Seligmann finance l’achat d’ouvrages en langue française, de mobilier de bibliothèque, l’équipement informatique, la protection des livres. En outre, elle offre 36 dictionnaires de langue française.

Pour l’accueil et l’insertion sociale avec les cours d’alphabétisation et de français, et les sorties culturelles

L’association Soutenir, Organiser, Créer des Relais d’Apprentissage Tous Ensemble (S.O.C.R.A.T.E.) dispense, pour les habitants de Paris 20ème, des cours d’alphabétisation destinés aux débutants et aux personnes n’ayant pas ou peu de notions de français écrit et oral, et des cours de Français langue étrangère (FLE) de niveau intermédiaire, pour ceux ayant acquis certaines bases du français et s’exprimant oralement avec une certaine facilité. Ces cours, d’une durée de deux heures, se déroulent deux fois par semaine. L’association propose aussi des sorties culturelles pendant les vacances, afin de permettre la découverte de la société française et de favoriser une meilleure insertion. La Fondation Seligmann finance l’achat des matériels informatiques (ordinateur et vidéoprojecteur) et pédagogiques nécessaires, et la fourniture de deux dictionnaires.

À Paris 19ème, à l’« Antenne Jeunes Flandre », l’Association Kolone organise des ateliers de français pour jeunes migrants de 16 à 25 ans en grande précarité, isolés, n’ayant pas accès aux dispositifs publics de formation linguistique, à la scolarité ou à l’emploi. Ces ateliers favorisent l’accueil et l’intégration dans la société française des étrangers en leur permettant, au-delà de l’apprentissage de la langue, de sortir de l’errance, de se socialiser et de se constituer des repères. Les cours sont dispensés par des bénévoles et des étudiants stagiaires. La Fondation Seligmann intervient pour permettre l’achat d’un vidéoprojecteur, de manuels et de fournitures scolaires.

2012

 

Accompagner la scolarité, favoriser l’accès au savoir et à la culture des enfants et des adolescents

Souhaitant développer le "Vivre Ensemble" et encourager les processus d’insertion en favorisant plus particulièrement l’apprentissage de la langue, la Fondation Seligmann a décidé  de renouveler l’opération initiée en 2010/2011 en offrant un dictionnaire à 1561 enfants scolarisés à Paris, en école élémentaire et en collège, dans les classes accueillant les élèves nouvellement arrivés sur le sol français (CLIN - Classes d’Initiations, CLA - Classes d’Accueil, NF - Non Francophones). Cet ouvrage, destiné à rester au domicile, pourra ainsi être utilisé par l’ensemble de la famille et accompagnera les enfants dans toute leur scolarité. Cette opération dictionnaire est effectuée en liaison avec la Mairie de Paris qui en assure la distribution. Lors de la cérémonie de remise officielle le jeudi 14 juin dernier, Mme Françoise Seligmann, Présidente de la Fondation Seligmann, a remis cet ouvrage aux quarante élèves primo-arrivants non francophones scolarisés au Collège Clémenceau à Paris 18ème.

Le Mouvement ATD Quart Monde se préoccupe des plus démunis et agit pour assurer l’égale dignité de tous. Dans le cadre d’un projet "Savoir dans la rue", il met notamment en place, des bibliothèques de rue favorisant l’accès au savoir et à la culture et ayant pour objectif de familiariser à la lecture les enfants de 6 à 12 ans qui n’ont pas ou peu accès aux livres. Elles sont organisées dans une soixantaine de quartiers en France au pied des immeubles, dans un square ou un terrain d’accueil des gens du voyage. Ces bibliothèques permettent les échanges et l’animation des quartiers. Le soutien de la Fondation Seligmann permet l’achat de livres pour les bibliothèques de rue sur Paris, l’Essonne et la Seine-Saint-Denis.

L’association ADOS (Association pour le Dialogue et l’Orientation Scolaire) offre aux jeunes du quartier de la Goutte d’Or, essentiellement issus de familles d’origine immigrée, un accompagnement à la scolarité ainsi que des activités destinées à développer leur autonomie, à susciter leur responsabilisation et leur ouverture sur le monde. Le projet « Des mots pour s’exprimer et comprendre le monde » est ainsi destiné à favoriser l’accès à la lecture et à donner du sens aux apprentissages. La Fondation Seligmann y participe grâce à une aide financière destinée à l’achat de matériels pédagogiques, de livres, de jeux de société, de mobiliers pour l’accompagnement scolaire et les loisirs, ainsi que la prise en charge d’une partie du financement des sorties sur Paris.

Rompre avec le relationnel conflictuel  par le jeu et la musique

L’Association ZAP Music organise en ce mois d’octobre 2012 deux représentations de l’Oratorio de la Paix, œuvre musicale composée par John Meldrum autour des messages de paix de Gandhi, Martin Luther King et Nelson Mandela. 600 enfants des centres de loisirs et des écoles en ZEP des 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements ont préparé en amont trois chansons, interprétées pendant la représentation avec les artistes. L’objectif du projet est de rassembler un large public autour de valeurs de paix et de fraternité, mais aussi de travailler le « vivre ensemble » à travers le chant. La Fondation Seligmann a permis d’assurer le financement de la location des salles.

L’association Percussion Art porte un projet "le 20ème MOUV’ALL", forum concert découverte des métiers de la musique et du son, destiné à la formation de jeunes artistes, habitant les quartiers dits sensibles de Paris 20ème et de l’Est Parisien. Ce projet permet la mise en valeur des avancées de leur apprentissage et de leur projet professionnel avec la mise en place d’ateliers musicaux tout au long de l’année. Il utilise la musique comme un vecteur d’intégration pour les jeunes en situation d’échec scolaire, de rupture familiale ou vivant un enclavement de leur quartier et favorise la cohabitation des jeunes de quartiers antagonistes en luttant contre le phénomène de bande. La Fondation Seligmann soutient ce projet pour  l’achat de matériels technique son et audiovisuel.

De la découverte des sciences et des arts pour favoriser l’égalité des chances

La Compagnie Varsorio a mis en place, en lien avec le réseau Éducation prioritaire, un projet « Masques éducatifs » avec des ateliers hebdomadaires de théâtre masqué et deux sorties sur l’année dans quatre collèges en quartiers prioritaires de Paris : Georges Méliès, Edmond Michelet, Aimé Césaire et Daniel Mayer pour les élèves rencontrant des difficultés scolaires importantes. Ces ateliers sont destinés à favoriser la réussite éducative des élèves par le travail ludique des textes au programme de français, ainsi qu’à développer leur assurance à l’oral et en public. Le projet se conclut par la réalisation d’un festival « Masques en scène » permettant la rencontre de l’ensemble des élèves du projet, originaires de quartiers antagonistes. La Fondation Seligmann apporte son aide pour les achats de matériels informatiques, décors, costumes et fournitures liées.

De la découverte culturelle et de l’accompagnement scolaire au soutien à la parentalité

La Compagnie Tamèrantong ! avec un projet intitulé « Théâtre et citoyenneté dans les quartiers » souhaite favoriser l’égalité des chances, promouvoir les talents créatifs dans les quartiers, ouvrir les enfants à la culture avec la création de deux troupes de théâtre constituées par 39 enfants et adolescents issus d’établissements scolaires de Paris 10ème, 11ème, 19ème et 20ème et 24 enfants à la Plaine Saint-Denis, tous orientés par les partenaires sociaux. Des ateliers théâtre se déroulent dans les écoles ou en centres sociaux, avec l’organisation de trois séjours de répétitions et de création suivis par 16 représentations. Une grande importance est accordée au suivi des enfants dans les quartiers prioritaires, ainsi qu’à l’implication des parents dans les actions menées, avec des sorties spectacles et des « conseils des Tongs » pour les enfants et les parents (lieux de discussion et de débat), permettant d’aborder les problématiques rencontrées par les jeunes dans leur environnement. Avec la Fondation Seligmann, la prise en charge des transports et de l’hébergement est assurée pour les trois séjours de répétitions et de création.

2011-2012

 

De la découverte des sciences et des arts pour favoriser l’égalité des chances

Dans le cadre du dispositif "La main à la pâte", ayant pour but de rénover l’enseignement scientifique à l’école, l’École élémentaire Cavé appartenant au réseau Écoles, Collèges et Lycées pour l’Ambition et la Réussite (ECLAIR) Georges Clémenceau, à Paris 18ème, accueille pour la troisième année consécutive un stagiaire de l’École Polytechnique pour assurer des ateliers scientifiques. Le stagiaire anime aussi des ateliers dans sept écoles élémentaires, sept maternelles et deux écoles polyvalentes du secteur Goutte d’Or. Ce projet « égalité des chances », destiné à restaurer l’image d'un établissement considéré comme une "école ghetto" et à valoriser ses élèves et leurs familles d’origine étrangère, vivant dans des conditions difficiles, concerne environ 3 000 enfants. L’École Cavé, centre de ressources du réseau, est appelée à devenir centre Pilote dans le cadre d’une convention triennale avec l’Académie des Sciences, l’Éducation nationale, la Mairie de Paris, la Fondation Lamap et la Fondation Seligmann. La Fondation permet l’hébergement gratuit du stagiaire polytechnicien à Paris.

L’association Quartier Libre XI poursuit, depuis 2010, dans les quartiers Belleville et Fontaine-au-roi, en Zone Urbaine Sensible (ZUS), un projet de démocratisation de la musique classique auprès des enfants du quartier et de leurs familles : initiation à la musique, travail sur le comportement (écoute, concentration). Elle poursuit, sur l’année scolaire 2011-2012, les cours de musique deux fois par semaine pour les enfants, en vue d’un concert de fin d’année avec d’autres groupes du projet d’éducation musicale DEMOS (Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale). Si tous les enfants ne participent pas au concert, tous suivent les ateliers musicaux et assistent au concert avec leurs familles. La Fondation Seligmann permet la prise en charge de la billetterie des concerts et des transports.

De la découverte culturelle et de l’accompagnement scolaire au soutien à la parentalité

L’association Soutenir, Organiser, Créer des Relais d’Apprentissage Tous Ensemble (S.O.C.R.A.T.E.) effectue une action de parrainage scolaire pour l’égalité des chances, dans des établissements situés en quartiers prioritaires à Paris et en Seine-Saint-Denis. Il s’agit d’un parrainage hebdomadaire par binômes écoliers ou collégiens et lycéens (majoritairement élèves de grands lycées parisiens) dans les établissements des élèves parrainés, en présence d’un médiateur de l’association et en liaison étroite avec l’équipe éducative. Les enfants parrainés sont repérés par leur professeur principal en fonction de leurs difficultés scolaires et/ou sociales. Pour l’année scolaire 2011-2012, une aide à la parentalité est prévue, comprenant des rencontres trimestrielles avec les parents, des sorties culturelles enfants, parents et parrains. 300 élèves et 300 lycéens bénévoles sont concernés. La Fondation Seligmann permet la prise en charge des transports et de la billetterie pour les sorties culturelles, en particulier dans le cadre de l’aide à la parentalité.

La découverte du « monde extérieur » pour apprendre à vivre ensemble

Pour l’année scolaire 2011-2012, la Fondation Seligmann apporte son aide à des projets de classes de découvertes de plusieurs écoles maternelles ou élémentaires situées en Zone d’Éducation Prioritaire (ZEP) et/ou en Zone Urbaine Sensible (ZUS) avec une prise en charge d’une partie de l’hébergement et de la nourriture pour de jeunes enfants issus de famille en grandes difficultés sociales. Ainsi,

 

Accompagnement dans l’apprentissage de la langue française pour une meilleure insertion

 

 

2011

 

Améliorer les conditions d’accueil des migrants par l’apprentissage du français, l’accès aux droits et aux soins

L'association Autremonde est engagée depuis plus de 15 ans dans un combat contre toute forme d’exclusion en s’appuyant sur l’engagement bénévole et militant principalement des jeunes. Elle intervient par des ateliers socio linguistiques pour faciliter l’insertion des migrants dans la ville et dans la société, favorisant les passerelles avec l’extérieur pour les habitants des foyers de travailleurs migrants et s’investissant à leurs côtés, pour que leurs démarches d’accès aux droits aboutissent. La Fondation Seligmann apporte sa contribution en permettant l’achat de supports pédagogiques et de fournitures, le renforcement de la formation des bénévoles et l’organisation de sorties pédagogiques.

Le GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés) combat toutes les formes de racisme et de discrimination. Il réunit toutes les informations sur la situation juridique, économique et sociale des étrangers et des immigrés, il informe et soutient les étrangers dans l’exercice et la protection de leurs droits. A ce titre, il assure la formation de bénévoles associatifs œuvrant dans le domaine de l’aide et l’assistance gratuite aux migrants. La Fondation Seligmann soutient l’association pour la troisième année consécutive, avec une aide financière permettant la prise en charge partielle de la participation aux stages de formation de 143 personnes, stagiaires ou bénévoles associatifs.

L'association Primo Lévi à Paris 11ème gère un centre de soins accueillant les victimes de la torture et de la violence politique, en provenance de nombreux pays. Ce centre assure un suivi médical, psychologique et socio-juridique des familles, des enfants et adolescents (mineurs isolés). Il leur permet de mettre des mots sur les souffrances et tortures endurées et les aide à se reconstruire. Le centre de soins prend en charge ces personnes, envoyées par les services éducatifs ou sociaux.Dans le cadre des soins et des démarches administratives, la précision de la traduction est primordiale, et ne peut se faire qu’avec le concours d'interprètes professionnels. La Fondation Seligmann permet de faire appel à des prestations d’interprétariats en particulier pour les enfants et les mineurs isolés.

Les soutiens aux projets d’alphabétisation et d’apprentissage de la langue française

L’association pour la Formation et l’Intégration des Familles (AFIF) met en œuvre des actions d’accompagnement à la scolarité et de formation, des activités culturelles ou sportives afin de lutter contre l’échec scolaire, l’exclusion et l’isolement et de favoriser l’intégration dans le quartier Politique de la Ville à Paris 13ème, quartier Nationale et Place Souham. Dans le cadre de l’ouverture d’un nouveau local Place Souham, elle va amplifier ses actions d’accompagnement éducatif, de découverte interculturelle à travers l’histoire du monde, d’ateliers de savoirs de base sociolinguistique, d’ateliers de médiation santé (accès aux soins), d’ateliers de médiation socioéducative (accès aux droits) et de préparation au Diplôme initial de langue française (DILF). Ce projet concerne environ 35 enfants et adolescents en difficulté scolaire et 60 adultes en majorité des femmes, public primo-arrivant, vivant dans des conditions précaires. La Fondation Seligmann permet la réalisation de ce projet avec l’achat de mobiliers et de matériels informatiques pour l’équipement du nouveau local Place Souham.

La découverte culturelle et l’accompagnement scolaire pour réduire les violences

La Maison des Copains de la Villette, à Paris 19ème, propose aux enfants, inscrits dans le cadre de l’accompagnement scolaire, un stage de théâtre masqué pour seize enfants de 8 à 12 ans de quartiers antagonistes, « Cambrai » et 156 rue d’Aubervilliers, pendant les vacances scolaires, permettant de créer ou renforcer les liens du « vivre ensemble » dans les cités concernées. Avec l’aide de la Compagnie Varsorio, les enfants réalisent des saynètes sur le modèle des « Petites annonces » d’Élie Semoun, le tout aboutissant à la réalisation d’un DVD. La Fondation Seligmann intervient pour la prise en charge des frais d’hébergement.

Dans le quartier de la “Porte Pouchet” à Paris 17ème, concentrant un grand nombre de femmes seules à très bas revenus et de familles résidant en hôtels meublés, l’association RSI la Ressource anime le centre Kirikou avec la mise en place d’actions d’accompagnement scolaire et social comportant un axe culturel et des consultations de psychanalyse. Cette association s’inscrit dans une démarche de lutte contre le communautarisme et pour la mixité culturelle. Une moyenne de 50 à 80 enfants et jeunes de 3 à 20 ans est accueillie par jour d’ouverture, avec des propositions d’ateliers ou d’activités allant de la peinture à la pratique de la musique, en passant par la cuisine, le judo et les sorties culturelles, en complément du soutien scolaire quotidien. La Fondation Seligmann intervient pour l’achat de livres, de fournitures scolaires et culturelles, ainsi que pour les sorties.

Accompagnement à la formation des bénévoles associatifs

La Cimade Ile-de-France accueille, accompagne et défend les droits des personnes migrantes avec l’aide de 350 bénévoles. En 2011, elle souhaite améliorer les conditions matérielles d’accueil dans les permanences, former l’ensemble des bénévoles aux nouvelles dispositions législatives sur l’immigration et l’Aide Médicale d’Etat (AME), avec la mise en place de ressources de formation internes (formation de formateurs, bibliothèque). Parallèlement, elle construit une politique d’information et de sensibilisation interne et externe avec la conception d’un document d’information pour les migrants sur leurs droits et d’une plaquette d’information sur La Cimade, remis lors d’interventions à destination du public scolaire et du grand public pour la lutte contre les préjugés. La Fondation Seligmann apporte son aide pour la formation des bénévoles, l’achat de matériels bureautiques, la conception et l’impression de matériels de communication.

Aide à l’autonomisation des femmes étrangères

L’association Femmes de la Terre anime dans le 19ème arrondissement de Paris une permanence d’accès aux droits et d’aide aux démarches administratives, à destination des femmes étrangères ou issues de l’immigration. L’association offre à ces femmes un lieu d’écoute, d’information et d’accompagnement juridique et social, avec un soutien spécifique pour les femmes victimes de violences. En 2011, l’association a pu pérenniser son action en faveur des femmes étrangères grâce au soutien de la Fondation Seligmann, qui a financé l’achat de matériel informatique et bureautique.

2010-2011

 

Accompagner les processus d’insertion à Paris

France Terre d’Asile gère la Maison du Jeune Réfugié (MJR) située Villa Saint Michel à Paris 18ème. Elle y accueille chaque jour 95 jeunes mineurs étrangers isolés ramenés par la maraude dans Paris, soit demandeurs d’asile, soit en situation de danger ou d’hébergement précaire et souhaitant s’investir dans un projet éducatif à long terme. France Terre d’Asile gère aussi l’Accueil des Mineurs Isolés Etrangers (AMIE)gère un centre de soins accueillant les victimes de la torture et de la violence politique en provenance de nombreux pays. Ce centre assure un suivi médical, psychologique et socio-juridique des familles, des enfants et adolescents (mineurs isolés), il leur permet de mettre des mots sur les souffrances et tortures endurées et les aide à se reconstruire. Dans le cadre des soins et des démarches administratives, la précision de la traduction est primordiale, et ne peut se faire qu’avec des interprètes professionnels aussi la Fondation Seligmann permet de faire appel à des prestations d’interprétariats en particulier pour les enfants, les mineurs isolés et les familles.

Souhaitant développer le « vivre ensemble » et encourager les processus d’insertion en favorisant plus particulièrement l’apprentissage de la langue, la Fondation Seligmann a décidé d’offrir en 2010, en liaison avec la Mairie de Paris, un dictionnaire à 1 200 enfants scolarisés à Paris, en école élémentaire et en collège, dans des classes accueillant des élèves nouvellement arrivés sur le sol français (CLIN - Classes d’Initiations, CLA - Classes d’Accueil, NF - Non-Francophones). Cet ouvrage, destiné à rester au domicile, pourra ainsi être utilisé par l’ensemble de la famille et accompagnera les enfants dans toute leur scolarité.

L’associationLe Goût des Autres anime des activités autour du « vivre ensemble » au sein du Centre Educatif et de Formation Professionnelle Gréban de Pontourny accueillant 28 jeunes mineures isolées Etrangères, entre 14 et 20 ans. Ces jeunes sont confiées par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance de Paris (ASE) afin d’acquérir les savoirs linguistiques nécessaires à leur insertion et à leur formation professionnelle. Pour l’atelier sociolinguistique, support à l’apprentissage du « vivre ensemble » visant à maitriser l’outil informatique et Internet ainsi qu’à développer les compétences sociales, la Fondation Seligmann permet l’achat d’ordinateurs et de casques audios.

La Fédération de Paris du Secours Populaire Français (SPF) développe les ateliers d’alphabétisation à destination des personnes récemment arrivées en France et des personnes de langue maternelle française ayant été peu ou pas scolarisées et ne maitrisant pas les savoirs de base. En 2010-2011, 12 ateliers à Paris 18ème regroupaient 95 personnes, encadrées par une équipe de 45 bénévoles. Face à une demande croissante, le SPF met en place 9 ateliers supplémentaires pour les publics des 11ème, 15ème et 20ème arrondissements, avec la mise en place d’un plan de recrutement et de formation des bénévoles. La Fondation Seligmann apporte son aide au développement des ateliers d’alphabétisation pour les bénéficiaires de la Fédération de Paris du Secours Populaire Français.

Les Restaurants du Cœur, au-delà de la seule aide alimentaire, développent une activité d’aide à la personne depuis 1999, dont la lutte contre l’illettrisme constitue une priorité. Des ateliers de lutte contre l’illettrisme ont été mis en place, afin d’aider à l’insertion et à la réinsertion professionnelle des bénéficiaires, favoriser l’autonomie dans la vie quotidienne, savoir faire des démarches administratives, permettre aux parents d’aider leurs enfants dans leurs devoirs et créer du lien social. La Fondation Seligmann accompagne ces initiatives par une aide financière pour l’achat de dictionnaires bilingues et de logiciels de formation.

Soutien de projets innovants menés par des équipes pédagogiques dans des établissements scolaires

La Fondation Seligmann a initié à Paris sur l’année scolaire 2010-2011 une distribution de dictionnaires à 1 400 élèves étrangers primo-arrivants, en liaison avec la Mairie de Paris. A l’occasion de la cérémonie de remise de l’ouvrage au Collège Valmy à Paris 10ème, une classe d’accueil de 18 élèves issus de 15 nationalités différentes et âgés de 14 à 16 ans, ont initié avec leur enseignante une comédie autour du mot « Dictionnaire » promouvant la tolérance et l’ouverture culturelle, un « film témoin » de cette création a été produit à destination des milieux scolaires et associatifs à l’initiative de la Fondation Seligmann.

L'école élémentaire du 132 rue d’Aubervilliers à Paris 19ème, située au cœur du quartier Curial/Flandres/Cambrai cloisonné dans la « Villa Curial », a réalisé tout au long de l’année scolaire 2010-2011 un projet pluridisciplinaire, une « Mosaïque : des droits et du partage » qui sera posée sur le mur extérieur de la cour. Conception et réalisation de la mosaïque illustrant les droits de l’enfant ont été effectués dans l’école avec les élèves, les enseignants et le centre de loisirs, ainsi qu’avec les parents. Ce projet reflète le métissage des élèves et permet ainsi de lutter contre les tensions communautaristes et les violences, faisant comprendre aux élèves que les différences sont enrichissantes dans un projet collectif. La Fondation Seligmann a participé à l’achat de matériaux pour la mosaïque.

L'école élémentaire Tourtille, située en ZEP à Paris 20ème, accueille des enfants issus de l’immigration représentant dix-neuf nationalités ayant des difficultés d’accès à la langue française. Chaque année, les projets sont multipliés permettant une meilleure connaissance et coopération des enfants entre eux en décloisonnant toutes les classes à différents moments. En 2010-2011, une comédie musicale avec deux classes de CE1 et une de CE1/CM2 a permis une meilleure maîtrise de la langue française, développant leur autonomie, leurs compétences sociales et civiques, ainsi que le respect de l’autre et des règles de vie en collectivité. La Fondation Seligmann est intervenue pour l’achat d’une sonorisation du préau.

L'école élémentaire Belleville à Paris

Des associations partenaires des équipes pédagogiques

L'association Culture 2+ anime sur le quartier de la Chapelle à Paris 18ème, depuis plusieurs années un projet « Lecture 2+, des enfants deviennent critiques littéraires », destiné à 1 500 enfants de 3 à 12 ans fréquentant 60 classes dans 15 écoles et le collège Daniel Mayer. Le projet sort aussi du 18ème arrondissement puisqu’il s’ouvre à trois classes du 10ème et une classe du 19ème. Il s’est déroulé pendant l’année scolaire 2010/2011 afin de développer la culture littéraire dans des quartiers multiculturels. Il vise à rendre les enfants acteurs de leur lecture, à développer leur esprit critique et leur argumentation en provoquant le débat et à rendre l’enfant citoyen. Ce projet est marqué sur le quartier par l’organisation de chocolats littéraires, de rencontres avec les auteurs, la participation à une émission “Radio Clype”… le tout aboutissant à une semaine du livre et à un salon en juin 2011. La Fondation Seligmann investit dans l’achat des livres mis à disposition des 60 classes concernées.

L'association TAT-ThéarT’ s’attache depuis plusieurs années à développer l’initiation à l’expression théâtrale et à l’écriture à partir d’un mythe fondateur, sous forme d’ateliers-théâtre avec le Collège Robert Doisneau à Paris 20ème dans un quartier sensible. Les ateliers hebdomadaires de « Lecture théâtrale et improvisation » à destination de 50 jeunes en grandes difficultés scolaires et comportementales (avec un travail sur le mythe de Médée revisité pour les enfants en 6ème et sur des saynètes de La Marmite de Plaute en 4ème) permettent de travailler sur les apprentissages de manière ludique. Cette approche a pour but d’améliorer le niveau scolaire, les comportements (maîtrise de soi, respect de l’autre, solidarité) et favorise le « vivre ensemble ». La Fondation Seligmann intervient pour la prise en charge des matériels et des locations.

Pérenniser le soutien scolaire et l’accompagnement à l’emploi des jeunes et des femmes

L’association Salle Saint Bruno, lieu d’incubation de projets et de travail sur le « vivre ensemble » dans le quartier de la Goutte d’Or, s’investit dans un Espace de Proximité Emploi (EPE) afin d’accompagner par l’information et l’orientation, collectivement en permettant une émulation et individuellement, les personnes les plus éloignées de l’emploi. Le public concerné, plus d’une centaine de personnes, est principalement constitué de femmes avec des parcours impliquant de grandes difficultés. La Fondation Seligmann permet l’achat de matériels informatiques et bureautiques pour le nouvel Espace Proximité Emploi (EPE) à Paris 18ème.

L’association Par ce qu’on sème recherche le dialogue entre les continents, les pays, les cultures à partir du jardinage. Elle soutient les initiatives autour d’activités “support” permettant, pour les femmes d’origine étrangère, le dialogue, les premiers pas vers l’apprentissage du français et la résolution de problématiques telle que l’accès aux droits. Des ateliers couture dans le quartier Brillat-Savarin - Kellerman à Paris 13ème, particulièrement enclavé, ont été mis en place. La Fondation Seligmann apporte son aide pour l’achat de trois machines à coudre et du petit matériel nécessaire.

De la découverte des sciences et des arts pour favoriser l’égalité des chances

L'association Quartier libre XI intervient à Paris 11ème dans les quartiers Belleville et Fontaine au Roi, situés en ZUS, auprès de populations défavorisées et des enfants issus de l’immigration dans le domaine de l’accompagnement scolaire, complété par des activités culturelles. Elle mène un projet inscrit dans le cadre de l'Orchestre de jeunes DEMOS, afin de démocratiser la musique classique et permettre l’accès à l’utilisation des instruments, en associant les familles et l’ensemble des enfants grâce aux ateliers et aux concerts. La Fondation Seligmann permet l’achat de matériels hifi, de billetterie pour les concerts et les transports, ainsi que la réalisation d’une exposition photos et d’un film.

Dans le cadre du dispositif « la main à la pâte », ayant pour but de rénover l’enseignement scientifique à l’école, l'école élémentaire Cavé classée « Politique de la Ville » accueille, en tant que centre pilote, un stagiaire de l’école Polytechnique pour assurer des ateliers scientifiques dans l’école élémentaire ainsi que dans les 17 autres écoles et maternelles du secteur Goutte d’Or du 18ème arrondissement de Paris. Ce projet « égalité des chances » est destiné à restaurer l’image de « l’école ghetto » et à valoriser ses élèves et leurs familles d’origine étrangère vivant dans des conditions difficiles en leur apportant les mêmes chances qu’aux autres. La Fondation Seligmann intervient en prenant en charge les frais d’hébergement du stagiaire en foyer de travailleurs.

2010

 

Égalité des chances

Avec des achats de matériels informatiques, l'association CEFIL (Centre d’études, de formation et d’insertion par la langue) peut créer une plateforme d’aide à l’autonomie des femmes pour la mise en place de garderies d’enfants pendant les cours d’alphabétisation, et CERAF Solidarités peut accompagner des femmes chefs de familles monoparentales vers les dispositifs d’insertion et d’emploi dans les quartiers Politique de la ville de Paris.

La Fondation participe aux frais de voyage de découvertes pour trois classes d’écoles élémentaires situées en ZEP à Paris 20ème, permettant ainsi à des enfants d’apprendre la tolérance et le respect de l’autre, et favorisant, pour les primo arrivants, l’insertion et l’apprentissage de la langue.

Des achats de logiciels et mobiliers divers pour l’accompagnement scolaire avec l’association ADOS et du matériel d’exposition pour les travaux de l'asssociation Capoeira Viola complètent le dispositif.

Pour aller au-delà de l’apprentissage de la langue : un agenda culturel

Dans le 18ème arrondissement de Paris, l’association Accueil Laghouat a pour objectif d’œuvrer pour l’égalité des droits entre Français et immigrés. Dans son local, lieu d’échange et d’écoute, l’association propose aux habitants du quartier de la Goutte d’Or des cours d’alphabétisation, des ateliers de savoirs sociolinguistiques, des cours de Français Langue Etrangère. Ces actions, nécessaires à l’intégration et à la cohésion sociale du quartier, sont complétées par un projet de soutien culturel avec la mise en place, afin de renforcer les différents apprentissages, d’un « agenda culturel » permettant des approches croisées de la culture, avec des visites variées, une introduction au théâtre. Plus de 300 hommes et femmes, tous inscrits au cours de français, y participent, de même que les enfants du secteur « accompagnement à la scolarité » afin de renforcer les lien familiaux et intergénérationnels.
La Fondation Seligmann a accordé une aide financière pour assurer l’achat d’un logiciel encyclopédique, d’un écran de télévision avec lecteur DVD pour les projections collectives, ainsi que la prise en charge des transports pour les sorties familiales.

Faciliter et soutenir l’intégration des femmes étrangères et de leurs enfants

Dans le 9ème arrondissement de Paris, l’association Archim’aide mène des actions en direction d’enfants ou de femmes en difficulté, d’origine étrangère, afin de favoriser leur intégration : aide aux devoirs, alphabétisation et accès à l’utilisation pratique de la langue française. Ces projets, concernant une quinzaine d’enfants et une quinzaine de femmes seules ou isolées, sont complétés par des sorties et découvertes du patrimoine culturel français, des veillées et lectures de contes autour de goûters et « repas du monde ».
La Fondation Seligmann apporte une aide financière pour les différents achats de matériels (pédagogiques ou administratifs), les transports et les différentes billetteries.

« Quand les petites histoires rencontrent la Grande Histoire »

Dans le quartier Belleville-Fontaine Au Roi, à Paris 11ème, l’association Quartier Libre XI s’investit dans l’accompagnement à la scolarité. Elle a mis en place un projet intitulé « Quand les petites histoires rencontrent la Grande Histoire », initiant des rencontres d’une quarantaine d’enfants de 6 à 12 ans, issus de 12 nationalités, avec leurs parents, des bénévoles et intervenants, permettant l’écoute de conteurs venant d’autres horizons et pays, ayant des parcours très divers. Le but est d’expliquer aux enfants pourquoi ils sont français quand ils sont nés en France, et pourquoi ils sont aussi porteurs d’une autre culture, lorsque leurs parents sont étrangers. Les intervenants sont des personnes arrivées en France pour des raisons diverses : économiques, politiques, professionnelles, culturelles, familiales ou personnelles. Ils viennent d’Afrique, d’Europe, des Etats-Unis ou de Chine. Des visites de musées et de la Cité de l’immigration complètent le projet. Ces rencontres, filmées, enregistrées et photographiées à la Maison des Métallos, se sont clôturées par une exposition, soutenue, pour sa mise en place et les fournitures nécessaires, par la Fondation Seligmann.

A la découverte de la ferme, pour mieux « vivre ensemble »

L’école élémentaire du 104, rue de Belleville, à Paris 20ème, est classée en ZEP « zone d’éducation prioritaire » et met en œuvre des « parcours individualisés de réussite éducative », avec un certain nombre d’enfants vivant dans des conditions difficiles et ne parlant pas français à la maison. Les enseignantes de CP ont formé le projet d’organiser, pour les deux classes, un séjour de découverte à la ferme : trois jours qui permettront à 42 enfants de découvrir et de partager, dans un autre cadre, les habitudes de vie de chacun, pour mieux « vivre ensemble ». La Fondation Seligmann intervient pour  compléter le financement des transports et de l’hébergement.

Ateliers vidéo, dans le cadre d’ateliers de savoirs sociolinguistiques, dans le 18ème arrondissement de Paris

L’association Traces de vie mène deux projets d’ateliers vidéo, dans le cadre de partenariats avec l’Accueil Laghouat “Goutte d’or” et l’Ecole Normale Sociale - La Chapelle, à travers leurs ateliers de savoirs sociolinguistiques à dominante alphabétisation. Ces ateliers sont ouverts aux femmes d’origines géographiques et culturelles diverses, qui résident dans ces quartiers ou ceux avoisinants et qui participent aux activités de ces deux associations. Plus de 300 femmes sont ainsi concernées.
Ce projet a pour ambition d’accompagner des femmes défavorisées vers l’insertion, à travers une démarche continue d’apprentissage de la langue française, dans la réalisation d’un film documentaire. “L’écriture et le parler” constituent les vecteurs conduisant les groupes à la réalisation de ce projet commun avec leur participation aux diverses phases de la fabrication du film, réalisé à partir de l’apport de chacune des participantes, avec elles et pour elles.
La Fondation Seligmann apporte son aide à ces projets et à leur pérennisation, par l’achat de matériels techniques : caméra professionnelle et accessoires.

Initiation à l’écriture et à l’expression théâtrale

L’association TAT-ThéarT s’attache depuis plusieurs années à développer l’initiation à l’expression théâtrale et à l’écriture à partir d’un mythe fondateur, sous forme d’ateliers-théâtre avec le Collège Robert Doisneau dans le 20ème arrdt de Paris. Cette approche a pour objectif de lutter contre l’exclusion, source d’affrontement et de repli communautaire. Elle  permet une amélioration du niveau scolaire et des comportements (maîtrise de soi, respect de l’autre, solidarité). Deux classes de 6ème, dont une de consolidation, sont concernées par cette approche à laquelle participent les professeurs de lettres, d’arts plastiques, de technologie, de musique et la documentaliste du collège.
La Fondation Seligmann apporte son soutien pour les achats de matériels, l’aide à la publication de textes et les droits d’auteur.

Ouverture culturelle pour des collégiens du 18ème arrondissement de Paris

L’association Mémoire de l’Avenir organise en 2009-2010 à destination de 180 collégiens issus des Collèges Clémenceau et Marie Curie dans le 18ème arrdt de Paris des ateliers pluridisciplinaires artistiques couvrant dix rencontres et deux visites de musée. Ce projet développe la curiosité et l’ouverture culturelles des collégiens vivant dans des univers parfois très cloisonnés, en valorisant l’originalité et la valeur de chacun selon son histoire et son parcours, cherchant ainsi à prévenir l’émergence des préjugés culturels en favorisant l’idée d’identité multiple. La Fondation Seligmann soutient le projet en aidant à l’achat des matériels nécessaires aux ateliers.

Foot en salle et hip hop aux Amandiers

Avec le Centre pour les Habitants des Amandiers pour l’Initiative, la Solidarité et l’Education populaire, l’association La 20ème Chaise met en place pour l’année 2009-2010 pour une quinzaine de jeunes – garçons et filles - du quartier des Amandiers fréquentant les collèges Robert Doisneau, Alain Fournier et Lycée Voltaire, des activités de foot en salle et de hip hop. Ces sports appréciés par les jeunes, certains en grande difficulté dans ce quartier, leur permettent de se défouler et de mettre leurs corps en action, d’apprendre à gérer les conflits liés aux agressivités et aux incivilités, renforçant la cohésion de groupe et le vivre ensemble. La Fondation apporte une aide financière pour l’achat de matériels sportifs et les déplacements.

Des cours d’alphabétisation des parents à l’accompagnement à la scolarité des enfants , avec Culture 2+, dans le quartier La Chapelle à Paris 18ème

Culture 2+ organise sur le temps scolaire des cours d’alphabétisation et de français langue étrangère pour les parents des enfants fréquentant les écoles du quartier La Chapelle. Un groupe “alphabétisation” de 15 personnes et deux groupes de “Français Langue Etrangère” (FLE) de 30 personnes, soit 45 parents, peuvent ainsi suivre des cours basés sur les écrits de l’école. Cela leur permet de parler, lire et écrire le français et, à terme, de suivre les apprentissages de leurs enfants et de mieux s’insérer dans la société.
La Fondation Seligmann intervient en s’inscrivant dans la durée, avec l’achat de matériels d’équipement informatiques et pédagogiques.
Dans le quartier de la Chapelle, tout au long de l’année scolaire 2009-2010, l’association Culture 2+ offre aux enfants de 7 à 9 ans - des classes de CE1 et CE2 - en situation de fragilité scolaire et sociale et n’ayant pas de suivi à la maison, des chances de réussite scolaire égales à celles des autres enfants. Cet accompagnement à la scolarité se déroule trois soirs par semaine, il est effectué par l’intermédiaire de onze clubs “après l’école”, animés par des enseignants. Cette action vise aussi l’implication des familles, la participation des parents constituant un axe important du projet.
La Fondation Seligmann intervient sur ce projet en permettant l’achat d’un abonnement à un journal pour enfants (“Mon Petit Quotidien”) et l’acquisition d’outils pédagogiques pour les mallettes destinées aux différents clubs.

Campagne 2010 pour une véritable protection des femmes étrangères victimes de violence

Depuis 6 ans, La Cimade mène à Paris une action auprès des femmes étrangères victimes de violence afin de les accompagner dans l’obtention ou le maintien d’un droit au séjour et de permettre leur prise en charge. En poursuite de cette action de terrain, ayant permis l’accompagnement de près de 1 800 femmes, La Cimade lance une campagne de sensibilisation et d’interpellation afin d’amener les pouvoirs publics à s’engager à mieux prendre en compte les violences liées au genre dans le traitement de la situation administrative des femmes migrantes et d’assurer aux femmes un accès inconditionnel à leurs droits. Une telle prise de position permettrait concrètement aux victimes de pouvoir porter plainte contre l’auteur des violences, d’être défendues par un avocat, d’être mise à l’abri, et ce, sans condition de séjour. Afin d’atteindre cet objectif, il est apparu indispensable d’effectuer une campagne de sensibilisation de l’opinion, de faire de ce sujet de société, une préoccupation des pouvoirs publics et de mieux informer les acteurs sociaux. Cette campagne aura pour points d’orgue la participation aux manifestations autour de la journée des femmes le 8 mars 2010 ainsi qu’une intervention dans le cadre du Village associatif, sur le parvis de la Mairie de Paris, les 12 et 13 mars 2010.Cette démarche s’inscrit pleinement dans la lutte de la Fondation Seligmann contre toutes les discriminations et inégalités. Aussi la Fondation s’engage-t-elle dans cette campagne, en aidant à la conception et à la fabrication des outils nécessaires : clip vidéo, affiche, plaquette juridique et site internet.

Lassociation Club Barbès assure dans le quartier Château Rouge/Goutte d’Or à Paris 18ème un accompagnement scolaire pour des jeunes en difficultés du quartier. Pour garantir à ces enfants les mêmes chances de réussite, elle intervient dans le cadre du processus Réussite éducative et accueille une quinzaine d’enfants, tous les soirs, en mettant à leur disposition des outils documentaires et un volet apprentissage de l’anglais. Pour compléter ce dispositif, elle propose des séjours de vacances encadrés à ces jeunes qui ne partent jamais. La Fondation Seligmann intervient pour permettre l’hébergement et les activités sportives prévus dans le cadre d’un séjour de vacances en décembre 2010.

2009

 

Le « Mieux Vivre Ensemble dans le 19ème arrondissement »

Dans le cadre des actions pour visant à renforcer la cohésion et la paix dans cet arrondissement de Paris, l’association Rassemblement des mères du 19ème a été retenue pour participer à un projet pilote d’action de terrain pour le mieux vivre ensemble entre communautés. La réalisation d’un film de 6mn permettra de montrer et reconnaître les compétences des mères pour améliorer les liens par delà les disparités et participer ainsi au maintien de la cohésion du quartier. Ce film s’appuiera à montrer les groupes de paroles qui permettent aux mères d’échanger des savoir-faire, malgré les différences, à montrer le travail de concertation sur la résolution de problèmes concrets comme l’amélioration des cages d’escalier. La présentation du film contribuera à lancer un débat public dès juin 2009 et à devenir un outil de mobilisation sur des projets similaires.
Aide financière apportée par la Fondation Seligmann pour la réalisation du film.

Les actions de la Maison des Copains de la Villette

La Fondation accompagne depuis trois ans les actions de la Maison des Copains de la Villette qui travaille sur l’accompagnement éducatif et scolaire dans les quartiers du 19ème arrondissement de Paris (cité du 156, rue d’Aubervilliers, des quartiers Riquet/Flandre/Stalingrad et Curial/Cambrai) et l’entraide dans la cité.
La chorale de la MCV effectue un stage de chant d’été d’une semaine avec 15 jeunes (filles et garçons) de 10 à 15 ans des cités du 19ème pour leur permettre d’accueillir d’autres jeunes que les jeunes pratiquants habituels de la chorale, de quitter le quartier pendant l’été, temps privilégié de rencontres mais aussi de pratiques d’autres activités de loisir. Le soutien financier de la Fondation assure les frais de transport et l’achat d’un « uniforme ».
L’expérience de la randonnée pédestre, inter quartiers, en montagne avec une vingtaine de jeunes (filles et garçons) de 10 à 17 ans des quartiers antagonistes du 19ème est renouvelée en 2009. Le projet vise à favoriser la rencontre, la mixité, briser les clivages, prévenir les conflits ou réconcilier, resserrer les liens autour de la vie en pleine nature, la découverte d’autres modes de vies, le silence, les animaux. La Fondation participe aux frais de transport et d’hébergement.
La MCV a mis en place, à la demande des jeunes, depuis l’automne 2008 une initiation à la pratique du volley ball pour un groupe de 20 jeunes - filles et garçons âgés de 9 à 14 ans - issus de deux quartiers antagonistes : Riquet/Flandre/Stalingrad et Curial/Cambrai. Le volley ball étant le seul sport mixte que les jeunes acceptent de jouer ensemble, cet apprentissage permet de satisfaire leur demande d’activités sportives, mais aussi l’apprentissage d’une éthique propre à ce sport.
La Fondation permet  à ce projet de bénéficier du matériel et des transports nécessaires l’inscrivant ainsi dans la durée.

Randonnée camping et sport nature dans les Cévennes pour les jeunes des Amandiers à Paris 20ème

L’association La 20ème Chaisea organisé une randonnée camping et sport nature d’une semaine dans les Cévennes en juillet 2009 pour 20 jeunes (filles et garçons) de 14 à 17 ans du quartier des Amandiers dans le 20ème arrondissement de Paris. Ce projet, destiné à des jeunes en grande difficulté du quartier, veut favoriser l’apprentissage de la citoyenneté en les responsabilisant par une participation active dans le fonctionnement et l’organisation du séjour. En développant l’accès aux sports pour les jeunes du quartier, ce séjour a permis de favoriser leur autonomie et leur socialisation, il a suscité leurs envies de prise en charge de leurs propres projets pour développer de nouvelles perspectives.
La Fondation Seligmann a accordé une aide financière destinée à l’achat du matériel de randonnée et à la participation aux frais de transports et de nourriture.

Projet littéraire avec LECTURE 2+ dans le quartier La Chapelle à Paris 18ème

L’association Culture 2+ organise un projet littéraire pour les 18 écoles (82 classes) du quartier de la Chapelle incluant une CLIS et une CLIN. Ce projet concerne près de 2 000 enfants de 3 à 11 ans. Il se déroule pendant toute l’année scolaire 2008/2009 à raison d’une journée par semaine. Il a pour but d’inscrire une pratique de lecture des enfants « dans la Cité », en développant la culture littéraire dans ce quartier multiculturel. Les enfants deviennent ainsi acteurs de leur lecture, ils développent leur esprit critique. Ils apprennent, avec le débat, à développer l’argumentation. Ces travaux sont relayés par les libraires du quartier dont les enfants préparent les vitrines, des émissions avec les enfants sur une radio locale. Le projet aboutit à une exposition et une semaine de manifestations à la mairie du 18ème et enfin un salon du livre dans les jardins d’EOLE le samedi 13 juin 2009.
Aide accordée pour l’achat d’une partie des livres.

Les Papothèques de la Goutte d’Or

L’association E.O.L.E., Espace Ouvert en Lieu d’Echanges, composée de directeurs d’écoles maternelles ou élémentaires, propose dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris 18ème, deux papothèques maghrébine et africaine dans le cadre du soutien à la parentalité. Par le biais de cet espace de parole régulier, ces lieux de rencontre sont destinés à rompre l’isolement dû à la langue et permettre à chacun de mieux comprendre son rôle dans l’accompagnement des enfants et l’importance de la langue française pour leur intégration.
Aide accordée pour les services d’interprétation nécessaires à la réalisation de ce projet.

La fête des associations à Paris 13ème

L’association Rungis Brillat Peupliers (A.R.B.P.) à Paris 13ème organise avec plus de 50 associations de ces trois quartiers, les plus éloignés des services publics, de renouveler les 16 et 17 mai 2009, une grande fête pour les habitants favorisant la mixité sociale et le faire vivre harmonieusement les différents quartiers sud du 13ème arrondissement.
Ces manifestations ont un double objectif : convaincre chaque habitant du quartier qu’ensemble on peut faire mieux et offrir à chaque association l’espace et, le temps de se faire connaître, mais aussi la possibilité de travailler avec les autres associations pendant toute une année.
Aide accordée : pour permettre de couvrir les frais du spectacle et les animations.

"Musique et langage autour de Carmen"

Pour l’année scolaire 2008-2009, l’association Les Petits Riens fait travailler ensemble les élèves de collèges différents du 19ème arrondissement autour de Carmen. Ce projet s’inscrit dans une démarche de lutte contre les violences générées entre eux. Il permet à des enfants de quartiers défavorisés de découvrir, hors du temps scolaire, la danse, la musique et les pratiques instrumentales, ainsi que de nouveaux moyens d’expression. Ces ateliers intègrent des  spectacles et la découverte de l’Opéra Comique et du Théâtre des Champs Elysées.
Ce projet bâti en commun donnera lieu à des manifestations culturelles dans le quartier et à l’Opéra Comique lors de la Fête de la musique 2009.
Aide accordée : pour l’achat de matériel pédagogique, de partitions et d’un appareil Hifi portable
.

Un Abécédaire de la citoyenneté

L’école élémentaire Torcy, dans le 18ème arrondissement de Paris, en zone ZEP, dans le cadre de son projet d’école pour 2006 à 2009 a formé le projet de faire réaliser par les enfants (250 élèves âgés de 6 à 11 ans) un abécédaire de la citoyenneté qui scellerait les années de travail déjà effectuées et deviendrait le symbole d’une belle histoire collective.
La conception de l’abécédaire s’est faite en « Conseil d’enfants » tout au long de l’année 2008 par des élèves issus de 37 nationalités différentes.
Aide accordée : pour permettre l’impression de cet abécédaire.

Français, sans commentaires ! « Les Y’A BON AWARDS »

Ce projet animé par la jeuneassociation Les Indivisibles à Paris 18ème vise à déconstruire les préjugés racistes en intervenant tant auprès du jeune public - groupes de jeunes de 15 à 21ans - qu’auprès du grand public. L’association anime un site présentant leurs réactions humoristiques ou ironiques face au racisme ordinaire. Elle intervient dans les établissements secondaires ou universitaires sous la forme de débats, de théâtre forum, d’ateliers d’écritures ou de projections de leur production de petits films animés.
L’objectif est de faire évoluer les représentations et mettre en lumière de manière humoristique et décalée les préjugés ethno raciaux présents dans les médias et les discours publics par le biais d’un évènement annuel s’inscrivant dans le cadre de la semaine internationale de lutte contre le racisme. La Fondation Seligmann a aidé l’association à monter « Les Y’A Bon Awards » lors d’une cérémonie de remise de prix parodique le 17 mars 2009, bénéficiant d’une large exposition publique.
Aide accordée : pour couvrir les outils de communication ou de sensibilisation et de frais artistiques liés à cet évènement en 2009.

2008

 

Noël au Foyer Saint Vincent de Paul pour les Pupilles de l’Etat

 
L’Association des Pupilles de l’Etat de Paris s’occupe des pupilles ayant pour point commun d’avoir durant leur enfance été séparés de leurs parents biologiques soit de façon définitive, soit pour des périodes moins longues. L’association aide les enfants, issus pour la plupart de l’immigration, à accéder à une formation, un emploi ou un logement à leur majorité. Elle a organisé un Noël festif en 2008 pour les enfants recueillis dans le foyer Saint Vincent de Paul à Paris 14ème au sein de l’hôpital.
Aide accordée : pour l’achat de cadeaux éducatifs pour les 80 enfants concernés.
 

Volley Ball

Dans le 19ème arrondissement de Paris, l’association Maison des Copains de la Villette a créé pour les adolescents garçons et filles (9 à 14 ans) de la cité du 156 rue d’Aubervilliers, des quartiers Riquet/Flandre/Stalingrad et le quartier Curial/Cambrai, une équipe sportive de volley ball à laquelle les jeunes des deux sexes participent, pendant leur temps de loisir du mercredi après-midi. Cette démarche, avec l’apprentissage d’une éthique, du respect de l’autre, s’inscrit dans la lutte contre les violences entre jeunes de quartiers antagonistes.
Aide accordée : pour assurer l’achat de matériels (shorts, ballons, chaussures, protections) nécessaires à la réalisation de cette initiative.

Randonnée de montagne

L’Association Maison des Copains de la Villette est tournée vers l’accompagnement éducatif et scolaire dans les quartiers du 19ème arrondissement de PARIS (cité du 156, rue d’Aubervilliers, des quartiers Riquet/Flandre/Stalingrad et Curial/Cambrai). Afin de rassembler les éducateurs de toutes les équipes de l’association : éducateurs de rue et éducateurs de l’accompagnement scolaire, de réunir les jeunes de tous âges, enfants, adolescents et jeunes adultes, l’association a organisé, au mois d’août 2008, une randonnée en montagne, au pays d’Aubrac. Cette randonnée pédestre a concerné 17 enfants (10 garçons et 7 filles âgés de 10 à 18 ans) de quartiers antagonistes. Le projet visait à favoriser la rencontre, la mixité, briser les clivages, prévenir les conflits ou réconcilier, resserrer les liens autour de la vie en pleine nature, la découverte d’autres modes de vies, le silence, les animaux .
Aide accordée : pour le transport, l’hébergement et une partie de l’alimentation nécessaire à la réalisation de ce projet.

Musique et maîtrise du langage à travers le message de Martin Luther King

L'association Les Petits Riens fait travailler, ensemble, les élèves de 3 collèges du 19ème arrdt de Paris (Georges Rouault, Edgar Varès et Michelet) habitant le quartier mais ne fréquentant pas le même collège pour tenter d’éliminer les violences générées de ce fait, les ouvrir à la diversité culturelle parisienne tout en revalorisant l’image des collèges. Il s’agit d’enfants de 11 à 16 ans. Le point de départ de l’écriture est : « Je fais un rêve ». Des ateliers de pratique instrumentale sont ouverts (hors temps scolaire) aux plus défavorisés qui pourront apprendre un instrument (clarinette, saxophone, guitare, violon, piano, flûte, batterie), musique classique, lyrique et le jazz. Un temps sera consacré à transmettre aux autres élèves les émotions que l’on ressent et les histoires nouvelles, poésies que l’on a imaginées. Pour donner plus de rayonnement à cette action, plusieurs représentations sont prévues.
Soutien de la Fondation pour acheter les instruments de musique pour les trois ateliers.

“Un pour tous, tous pour un” à Londres

Deux enseignantes de l’école élémentaire Alexandre Dumas à Paris (11ème) ont formé le projet, d’un voyage « découverte » en juin 2008 pour les élèves de CM2 auxquels elles enseignent l’anglais. Le projet concerne 45 enfants de classes sociales défavorisées, pour la plupart d’entre eux d’origine étrangère (Algérie, Guinée, Maroc, Portugal,). Il s’agit de sensibiliser les élèves à la découverte d’autres cultures et à l’enrichissement naissant du rapprochement avec d’autres peuples. La visite de Londres se fera en autocars. Les enfants concernés pourront ainsi développer une citoyenneté européenne.
Soutien de la Fondation pour compléter et permettre le financement de ce voyage culturel.

Action éducative et culturelle du Picoulet

Pour 2008, l’association Le Picoulet, dans le 11ème arrdt de Paris, a développé l’ouverture à l’autre et favorisé la mixité filles-garçons autour de prêts de livres et de rencontres intergénérationnelles.
Elle pratique une pédagogie active avec des équipes mixtes pour le sport, la danse, les arts du cirque, les arts de la rue. Elle demande aux familles d’inciter leurs enfants à s’inscrire dans les ateliers et les camps de vacances, où existe une rotation totale des tâches ménagères. Elle met à leur disposition un fonds de livres, des bandes dessinées  traitant de  l’éducation sexuelle, des ateliers de français. Elle assure aussi l’accompagnement scolaire, l’accueil social des familles et l’accompagnement de projets professionnels. Pour les préadolescents, elle propose l’accompagnement à la création artistique, des ateliers de débats et de réflexions basés sur la découverte d’autrui.
Soutien de la fondation pour favoriser la mixité et l’ouverture à l’autre.

“Lecture ++” avec Culture 2+

Sur le quartier de la Chapelle à Paris 18ème, a mené un projet pendant l’année scolaire 2007/2008 avec un millier d’enfants de 3 à 11 ans fréquentant 46 classes de 12 écoles du quartier, afin de développer la culture littéraire dans un quartier multiculturel. Pour rendre les enfants acteurs de leur lecture, l’association avec les enseignants souhaitait développer leur esprit critique et leur argumentation. Une semaine du livre en juin 2008 a été clôturée par un salon du livre de la jeunesse avec un parcours, des expositions et un débat avec de nombreux auteurs.
Soutien de la Fondation pour l’achat de livres mis à disposition des 46 classes concernées.

Accueil dans la ludothèque « Terre des jeux »

La ludothèque de dans le 20ème arrdt de Paris est un espace de jeux où les enfants défavorisés trouvent le plaisir de jouer avec leur imaginaire et enrichissent leur langage, ce qui favorise leur entrée dans la culture. Le déroulement de ces jeux est optimisé si la famille est présente particulièrement lorsque le matériel utilisé est représentatif de différentes cultures. L’association envisage de prêter des jouets de bébés, des jeux symboliques et des jeux de société. Les prêts seront réservés aux enfants qui fréquentent régulièrement la ludothèque dans le « jeu sur place ». Les enfants de la naissance à 7 ans sont accueillis accompagnés d’un parent ou assistante maternelle ; les élèves de la petite section de maternelle au cours élémentaire sont accompagnés de l’enseignant sur le temps scolaire ; les enfants de 6 à 11 ans sont accueillis en accompagnement culture à la scolarité envoyés par deux écoles élémentaires. Au total, environ 450 enfants sont concernés.
Soutien de la fondation pour l’achat de jeux afin de constituer un stock de prêts.

Exposition de photographies et projection d’un film autour de l’immigration avec APEJOB - Le Pari(s) du vivre ensemble

Une exposition s’est déroulée à l’Unesco sur le thème « D’un visage à l’autre, regards croisés sur l’histoire de France et d’Algérie, d’hier et d’aujourd’hui » en avril 2008. Elle était complétée par la projection d’un film réalisé par des filles et fils de migrants, élèves de 4ème  du collège Jean Vilar à Grigny dans l’Essonne. Les enfants ont interrogé leurs parents sur leur pays d’origine et les causes de leur départ. Il s’agissait de sensibiliser le public français au problème de l’école et l’immigration. Un colloque sur le thème « comment écrire et enseigner la pluralité à l’école » a clôturé la manifestation.
Soutien de la fondation pour faire face aux dépenses de cette action (photocopies, montage du documentaire, affiches, invitations).

Le monde au fil des pages

L’Association Culture en partage dans Paris 11ème, afin de favoriser la citoyenneté des enfants et leur intégration par la culture, agit autour de la découverte de « la vie dans mon quartier ». Grâce à l’audiovisuel, 39 enfants, âgés de 8 à 12 ans, issus de l’immigration devront réaliser des portraits des habitants du quartier de Belleville et des quartiers limitrophes de Paris. Ensuite, ils s’exprimeront sur leurs impressions et leurs rencontres depuis leur arrivée, pour développer une maîtrise de la langue française. Cette action est menée avec aussi la perspective, en 2008, d’une exposition avec un groupe de femmes, leur permettant de sortir de leur isolement.
Soutien de la Fondation pour favoriser l’intégration des enfants par la culture.

2007

 

Chorale de la Maison des Copains de la Villette à Paris 19ème

Depuis 2005 cette association crée des occasions de rencontres et d’échanges entre les habitants pour améliorer la sociabilité et l’entraide dans la cité.
Une chorale réunit, depuis 2006, les habitants d’origines et de générations différentes. Un groupe d’enfants en fait partie. Ils sont initiés à la musique. Le répertoire est très varié (chants haïtiens, yiddishs, negro-spirituals, géorgiens, siciliens). Il est prévu d’apprendre des chansons françaises et de faire un C.D. En complément des activités de la choral, des sorties sont organisées. En outre, en 2007, deux stages de chorale de deux jours se sont tenus à Villeneuve la Lionne dans la Marne et un camp chorale de 5 jours qui a offert quelques jours d’évasion à des enfants qui n’avaient pas quitté leur quartier pendant l’été. L’ambiance était très bonne.
Soutien de la Fondation : pour organiser des stages de chant, les locations et déplacements.

Cours d’alphabétisation et de français

Les cours sont organisés par l’association Culture 2+ dans le 18ème arrondissement de Paris sur le temps scolaire pour les parents des enfants fréquentant les écoles du quartier de la Chapelle. Ils se déroulent dans une ancienne école et utilisent les écrits de l’école fréquentée touchant 45 personnes.
Soutien de la Fondation : pour l’achat de manuels d’apprentissage, les visites dans les musées, la reprographie de documents pédagogiques, l’équipement vidéo de la salle de cours.

Actions éducatives périscolaires de la Maison des Copains de la Villette à Paris 19ème

 
Les adultes assurent trois fois par semaine, le soutien scolaire des enfants de ce quartier qui sont tous scolarisés dans l’école primaire du 132 rue d’Aubervilliers. Cette action a été menée à la demande de quelques parents de la cité (conscients de leur incapacité à les soutenir), inquiets de voir leurs enfants en difficulté scolaire ou en voie de décrochage. L’accompagnement scolaire a accueilli en 2007 une trentaine d’enfants scolarisés du CE1 au CM2. Le mercredi matin est spécialement  destiné au soutien renforcé auprès de ceux qui rencontrent le plus de difficultés. Un atelier artistique est également animé le mercredi après midi par une habitante artiste peintre bénévole.
Soutien de la Fondation pour financer le matériel pédagogique et l’ensemble des activités culturelles liées à l’accompagnement scolaire.
 

Papothèques africaine, chinoise, tamoule et maghrébine

L’association Culture 2+ dans le 18ème arrondissement de Paris a créé des lieux de parole pour réunir les parents d’origine africaine, chinoise, tamoule et maghrébine, pour discuter de la parentalité et de l’éducation des enfants dans un climat de confiance. Ces réunions sont aussi des laboratoires d’idées. Elles se déroulent pendant le temps scolaire dans des écoles. 150 familles sont concernées. Soutien de la Fondation : cette aide a permis l’achat de 2 nouveaux « coins jeux » pour les enfants non scolarisés, la reproduction de documents distribués en séance, l’achat de denrées pour rendre ces réunions conviviales.

Axe d’apprentissage de la langue française et soutien linguistique

L’association Archim’aide dans le 9ème arrondissement de Paris fournit une aide aux devoirs afin de faciliter l’intégration d’enfants vivant dans des hôtels meublés. Les réunions se font à la Maison des associations du 9ème et à l’école élémentaire Chaptal. Une quinzaine d’enfants ont été concernés. Soutien de la Fondation : pour le soutien, l’aide aux devoirs et l’achat du matériel pédagogique.

07-02-2017

haut de page


Accueil - Mentions légales - Contactez-nous : contact@fondation-seligmann.org
Fondation Seligmann -  © 2012-2017