Fondation Seligmann

apres demain logo

derniere parution
Dernière parution

Tous les numéros
Rechercher dans les articles :

Recherche avancée


 KIOSQUE

Espace Lecteur







Mot de passe oublié
Enregistrement

Actions en cours

 

LES ACTIONS DE LA FONDATION SELIGMANN EN 2017-2018

 

La distribution de dictionnaires aux élèves allophones, une opération inédite portée par la Fondation Seligmann

En partenariat avec les directions des services départementaux de l'éducation nationale, la Région Île-de-France et les Rectorats, la Fondation Seligmann a poursuivi et renforcé son « opération dictionnaires » en remettant cette année un dictionnaire à chacun des lauréats du DELF, élèves allophones arrivants sur le sol français suivis dans les dispositifs appelés UPE2A (Unités pédagogiques pour les élèves allophones arrivants) dans les collèges et lycées à Paris, en Essonne et en Seine-Saint-Denis ainsi que dans les écoles élémentaires sur Paris.

Cette opération promeut le « vivre ensemble » et encourage les processus d’intégration puisque l’apprentissage de la langue est le premier vecteur d’échanges et de partage. Les dictionnaires ont vocation à être rapportés au domicile de l'élève et pouvoir ainsi profiter à la famille entière.

Un dictionnaire, ce sont des mots qui donnent la force de dire et nommer les choses, de formuler son avenir, et ainsi d’être libre ; c’est la connaissance par la découverte, à travers ses pages, d’une langue, de l’histoire, de la culture, de la France, de son pays d’origine, etc. ; c’est un outil qui se garde toute la vie et qui par la suite se transmet d’une génération à l’autre.

 

DES PROJETS CULTURELS POUR S'OUVRIR AU MONDE, AUX AUTRES

-               La musique qui conjure les peurs, favorise l’écoute, la concentration et l’imagination

 Soutenue et accompagnée par la Fondation Seligmann l'association Le Tréteau organise à Saint-Denis, de septembre 2016 à juin 2018, un projet de création de spectacle musical avec les 48 élèves de CM1 des écoles Roger Sémat à Saint Denis et 10 Le Vau à Paris 20ème, toutes deux en REP. Ce projet permet aux élèves participants de se rencontrer et leur donne l'opportunité de créer entièrement leur spectacle, de l'écriture à la performance vocale et scénique en passant par les décors et les costumes, sur la thématique de "l'Autre". La démarche permet aux enfants de découvrir leur culture commune malgré leurs différences, favorisant ainsi le vivre ensemble, l'écoute de l'autre et de soi, l'entraide, la sensibilité et la tolérance.

Ce projet est accompagné par l'Orchestre de chambre de Paris qui ouvre ses portes aux enfants et à leurs familles, leur permettant d'assister à des concerts, de visiter les coulisses et de découvrir la vie de l'orchestre. Une restitution du projet musical aura lieu le 5 mai 2018 au Théâtre Gérard Philipe à Saint Denis dans le cadre du festival de la ville.

 

 

 

Le collège Pablo Neruda à Grigny, classé en REP, met en place deux projets culturels sur l’année scolaire 2017/2018 ; l’un avec les 4èmes, l’autre avec les 3èmes. Le premier est réalisé avec la collaboration de la classe opéra et consiste pour les élèves de 4ème à créer un spectacle réunissant la plupart des arts du cirque : acrobaties, jonglage, équilibre, théâtre. Dans ce cadre les élèves assistent à des représentations sur les arts du cirque. Le projet existe depuis 7 ans et le thème choisi pour l’année 2017/2018 est « le fantastique ». En fin d’année les élèves présenteront leur travail devant leurs parents lors d’une représentation.

Le second projet est mené auprès des élèves de 3ème avec la création d’un spectacle musical dans le cadre des programmes de français et de musique. Les élèves écriront et interpréteront leurs propres chansons avec l’aide de deux artistes qui les guideront dans le processus de création artistique. Deux thèmes sont envisagés comme ligne artistique du projet : la représentation de soi en tant que groupe et le rôle de l’art et de l’individu dans une société face au pouvoir. Les élèves assisteront à l’avant-première de l’opéra « Benvenuto Cellini » mis en scène par Terry Gillian à l’Opéra de Paris.

Le lycée polyvalent Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes met en place en 2017/2018 un projet de spectacle musical « Nohan », créé par les élèves issus de toutes les filières et les enseignants du lycée, racontant l’histoire de Nohan, un lycéen de 17 ans, et abordant les thèmes de la famille, de la relation entre les jeunes et les adultes, et l’acceptation de l’autre, dans le but de promouvoir les valeurs citoyennes de l’école et la réflexion. La troupe, constituée de 55 jeunes et 8 adultes, travaille sur ce projet depuis mars 2017 et se produira au théâtre pour 5 représentations en mai 2018.

L’association Quartier Libre XI à Paris 11ème poursuit sur l’année scolaire 2017/2018, dans le quartier politique de la ville Grand Belleville – Fontaine-au-roi, un projet de démocratisation de la musique classique auprès des enfants du quartier et de leurs familles tout en leur assurant un soutien scolaire : initiation à la musique, travail sur le comportement (écoute, concentration). Depuis 2010, des cours de musique ont lieu deux fois par semaine pour les enfants, avec la réalisation d’un concert de fin d’année en compagnie d’autres groupes du projet d’éducation musicale DEMOS (Dispositif d’Education Musicale et Orchestrale à vocation Sociale). Si tous les enfants ne participent pas aux ateliers musicaux, tous assistent à des concerts et à des visites culturelles avec leurs familles.

-               Théâtre et danse pour acquérir la confiance en soi

Le lycée Condorcet de Montreuil, situé en zone prévention violence, renouvelle en 2017/2018, pour la troisième année consécutive, son projet « Grandir sur scène » pour plonger les élèves dans la discipline théâtrale avec la mise en place d’ateliers hebdomadaires afin d’aboutir à la création d’une pièce de théâtre qui fera l’objet d’une tournée dans Montreuil. De nombreuses sorties théâtrales sont aussi proposées. Ce projet interdisciplinaire et inter-degrés, à destination de 30 lycéens de toutes les sections, participe à l’éducation à la citoyenneté et à la culture et favorise les rapprochements entre les élèves afin d’œuvrer à la création d’une « culture commune » au sein du lycée. En outre, l’implication des familles des élèves est favorisée, permettant de resserrer les liens entre les élèves et leurs parents autour d’un projet qui associe l’école à la ville et aux acteurs culturels.

L’école élémentaire des Amandiers, située à Paris 20ème en réseau d’éducation prioritaire, organise pour les 250 élèves de l’établissement un projet « Danse et nouvelles technologies », pour découvrir la danse contemporaine, l’improvisation et la composition chorégraphique, et expérimenter avec de nouvelles technologies utilisées dans la création artistique (combinaisons 3D, logiciels de video mapping…). Ce projet s’accompagne de visites de lieux culturels et d’innovation (Studio Le Centquatre, Studio Le Regard du Cygne, La Gaîté Lyrique, le Centre Pompidou) et les élèves pourront assister à divers spectacles de danse. Le projet est épaulé par les professionnels de La Fabrique de la danse. Une restitution collective des ateliers menés tout au long de l’année aura lieu en juin 2018.

-               Diversifier les connaissances artistiques et les expériences en partenariat avec les musées

Le réseau d’éducation prioritaire renforcé Louise Michel à Corbeil-Essonnes a mis en place le projet inter niveaux « On ne copie pas mais… », réunissant tous les enfants de la zone REP+. Il s’agit d’inciter près de 1 200 enfants à s’exprimer par le biais des arts plastiques, grâce à un travail avec la plasticienne Marie-Hélène Fabra, afin de réaliser des productions artistiques à partir d’œuvres déjà existantes, sur différents formats, avec divers matériaux et sur des supports variés. Cette action s’accompagnera d’une visite au centre Pompidou pour deux expositions. Les productions des élèves seront restituées au théâtre de Corbeil-Essonnes. La conclusion de ce projet sera la production traditionnelle d’un magazine commun à tous les élèves participant au projet.

Dans le cadre d’un partenariat avec le service éducatif du musée du Louvre et le service arts visuels de l’agglomération Grand Paris Sud, la Fondation soutien les établissements scolaires en réseau d’éducation prioritaire à Corbeil-Essonnes et Évry qui participent au projet « Urban Liberty ». Ce projet favorise les connaissances artistiques et le sentiment d’appartenance à une culture commune, tend à créer du lien entre les différentes écoles, à dynamiser le partenariat avec les familles, fortement associées, à exprimer ses émotions face à une œuvre d’art, et à donner une dynamique de réseau dans un secteur en éducation prioritaire.

Afin de découvrir le patrimoine artistique et culturel, de diversifier les pratiques artistiques, et d’éveiller la curiosité, ce projet développe des actions d’expérimentations et de recherches plastiques autour du langage du « street art ».

Aux Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, 51 élèves de CM2 de l’école élémentaire Jean Macé et 70 élèves de 6ème du collège Léopold Sédar Senghorvisiteront le Louvre (Victoire de Samothrace, symboles du pouvoir) et le Palais de Tokyo (Lasco project et exposition en cours). Depuis 2009, aux Tarterêts dans le cadre d’une convention multipartenariale ce sont 10 000 élèves de la maternelle au BTS, du réseau d’éducation prioritaire renforcé Senghor qui ont acquis une culture commune et renforcé leur connaissance des valeurs républicaines.

À Évry, 48 élèves de 4ème du collège Les Pyramides et 49 élèves de classes de CM1 et CM2 de l’école Maurice Genevoix du Réseau d’éducation prioritairerenforcé Les pyramides, vont travailler sur la thématique « Art, pouvoir et contre-pouvoir » avec comme point d’appui l’étude de « La liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix. Les élèves s’inspireront de l’univers de l’artiste Barth le Sablier pour leurs créations.

-               Une culture commune avec la langue française

 Le collège Le Clos Saint Vincent, situé à Noisy-le-Grand, organise pour les 20 élèves de la classe d’accueil un partenariat avec les autres classes du collège sur plusieurs projets. Afin de permettre à ces élèves allophones de découvrir la culture et la langue française, ils accompagneront les classes de 6ème lors d’une sortie nature au Parc de la Haute Ile (93), les classes de 5ème au château de Vincennes et les classes de 3ème au Palais de la Découverte. Ils participeront enfin, avec les 4ème au programme « Découverte des métiers d’Art » qui retrace l’histoire des métiers d’art et d’artisanat du Moyen-âge à nos jours. Ces activités seront complétées par un séjour d’une nuit en Bourgogne pour la classe d’accueil seule à Guédelon, accompagnées d’ateliers : fabrication de pain, fromage, visite du chantier de Guédelon et atelier de taille de pierre.

 

FAVORISER L’ÉGALITÉ DES CHANCES EN MILIEU SCOLAIRE

-               Avec des séjours pédagogiques pour découvrir le monde et le vivre ensemble

L’école élémentaire Labori à Paris 18ème, en réseau d’éducation prioritaire renforcé, renouvelle pendant l’année scolaire 2017-2018 son projet de classe de découverte équitation au Château de Brannay, avec 35 élèves de trois classes de CP-CE1. Le séjour sera organisé autour de la découverte d’un milieu naturel très peu familier. Des activités liées à l’équitation et aux soins des animaux seront mises en place. Cette action permet à ces élèves habitant dans la ZUS de la porte Montmartre, quartier le plus pauvre de Paris, de renforcer des compétences sociales et civiques, de développer l’autonomie et l’initiative des élèves. Pour une grande majorité des élèves (tous les CP et quelques CE1), cette classe de découverte sera une première occasion rassurante de passer quelques jours en dehors de leur famille et de leur quartier.

L’école polyvalente Pajol à Paris 18ème, en réseau d’éducation prioritaire, renouvelle pour l’année scolaire 2018 son projet de classe transplantée à Nanteuil-le-Haudouin, pour 74 élèves de quatre classes de l’école. Ces élèves pourront ainsi découvrir une ferme pédagogique dont le fonctionnement est pensé pour permettre la transmission et le partage des connaissances et des pratiques aux enfants ainsi que la découverte des paysages et des activités rurales. Il s’agira de renforcer leurs compétences sociales et civiques, de développer leur autonomie et leur initiative.

L’école élémentaire Pierre Foncin, en réseau d’éducation prioritaire à Paris 20ème, organise du 3 au 6 avril 2018 une classe découverte autofinancée dans un centre équestre et de loisirs, pour deux classes double niveau CP/CM2 et CE1/CM1, soit 41 élèves de 7 à 10 ans. Ce projet veut renforcer la cohésion de ces groupes d’enfants d’âges multiples, leur donner la chance de découvrir la faune et la flore, et concrétiser les projets menés tout au long de l’année entre les deux classes. Les élèves seront ainsi sensibilisés à l’environnement, participeront à la vie collective et développeront leur autonomie.

L’école maternelle Rouanet, à Paris 18ème dans le cadre du réseau d’éducation prioritaire renforcé Maurice Utrillo, organise une « Classe transplantée »du 10 au 13 avril 2018, pour 2 classes de grande section de maternelle. Les enfants seront amenés à apprendre à vivre en collectivité tout en développant leur autonomie. Ils auront l’opportunité de pratiquer l’équitation. En amont, ils travailleront sur le thème du temps (passé/présent) en visitant le quartier St Paul et le musée des Arts Décoratifs, puis ce travail se conclura en Normandie lors de visites du village où les enfants devront observer les différences temporelles des lieux observés. Une exposition photo et vidéos réalisée par les élèves à la suite du projet sera présentée aux parents.

Le collège Sonia Delaunay, en réseau d’éducation prioritaire à Paris 19ème, organise du 9 au 13 avril 2018, un voyage scolaire à Port d’Albret, pour 15 élèves d’une classe UPE2A-NSA et deux classes de 5ème. Les élèves d’UPE2A pourront ainsi découvrir les sports nautiques et partager une expérience collective inédite dans un cadre privilégié, ce qui leur permettra de s’intégrer avec plus de facilité aux autres élèves, en progressant plus rapidement dans l’apprentissage de la langue.

-               Avec des projets scientifiques

Le réseau d’éducation prioritaire renforcé Louise Michel à Corbeil-Essonnes a mis en place le projet « En route vers les étoiles », un séjour de 5 jours en Provence dans un centre d’astronomie pour les 48 élèves de deux classes de 5ème. Ils seront amenés à appréhender des télescopes afin de réaliser eux-mêmes des observations du ciel le soir, ils auront accès au planétarium du centre afin de mieux comprendre et percevoir ce qu’ils découvrent, et construiront une micro-fusée qu’ils auront l’opportunité de lancer à la fin du séjour. Les élèves participeront également à divers ateliers liés à l’astronomie sur des notions spécifiques qui s’intègrent dans le programme scolaire scientifique (composition et fonctionnement du système solaire, phases de la lune et marées, saisons...) Ce projet a pour but de stimuler l’esprit scientifique, développer le savoir-être en communauté, cultiver le vivre ensemble, favoriser l’apprentissage des valeurs citoyennes, renforcer les liens inter-quartiers et favoriser l’apaisement des relations entre les jeunes de la ville.

Le lycée Charles de Gaulle à Rosny-sous-Bois, renouvelle en 2017/2018, pour la troisième année consécutive, son projet de voyage de SVT en Auvergne, avec 40 élèves de 1ère S. Avec ce séjour à visée pédagogique dans le cadre du programme scolaire de SVT, les jeunes d’origines très diverses apprennent à vivre ensemble et à partager. Il s’agit pour eux d’apprendre la vie en communauté, la tolérance et l’acceptation de l’autre pendant un séjour.

 

 UNE ÉDUCATION CITOYENNE DES JEUNES EN MILIEU SCOLAIRE

Le collège René Cassin, à Noisy-le-Sec, renouvelle en 2017/2018 son projet « Opération école ouverte ». Ce projet, orienté autour du vivre ensemble (lutte contre la violence, le harcèlement et l’exclusion de l’autre), permet aux élèves de participer à des actions culturelles, de loisirs ou sportives, ou de soutien scolaire, les mercredis après-midi et pendant une semaine lors de chaque période de vacances scolaires. Des élèves volontaires de 10 à 16 ans participent à ces activités diverses, encadrées par des enseignants, ayant pour objectifs de les faire vivre ensemble en dehors des moments de la scolarité, de développer leur culture générale et leur inculquer le respect de l’autre.

-              Avec des rencontres et des voyages mémoriels

Le réseau d’éducation prioritaire renforcé Louise Michel à Corbeil-Essonnes met en place le projet « Comprendre notre passé pour agir au présent » pour 183 élèves de CM2 des écoles élémentaires Eluard, Langevin et Curie, et 135 élèves de 3ème du collège. Une visite du Camp des Milles est organisée le 1er février 2018, avec pour objectif de sensibiliser les élèves de manière créative aux mécanismes d’endoctrinement, de discrimination, de racisme, d’antisémitisme et d’intolérance qui ont nourri tant le génocide arménien, que la seconde guerre mondiale et le génocide rwandais. En amont et en aval de cette visite, les élèves travailleront sur ces sujets durant les cours d’éducation civique et morale, de français et d’histoire-géographie, afin de se questionner sur leur place d’enfants du XXIe siècle.

Le lycée professionnel René Cassin, à Paris 16ème, renouvelle en 2017/2018 son projet à vocation mémorielle, intitulé cette année « Portraits et mémoires de survivants de la Shoah». Un voyage à Berlin et Auschwitz est organisé du 12 au 15 février 2018 pour 20 élèves de Première bac pro du Nord-Est parisien issus en grande majorité de l’immigration et de familles défavorisées. Ces élèves effectueront tout au long de l’année un travail pluridisciplinaire de mémoire, avec des visites dans des lieux emblématiques à Paris et en périphérie. Ils seront amenés à réaliser un carnet de voyage dont les meilleures pages seront exposées au lycée. L’objectif est de confronter les élèves concrètement à l’Histoire, de leur apprendre à décrypter les mécanismes de la domination, du rejet et de l’aliénation, et de leur permettre la constitution d’une identité culturelle commune.

Le collège Michel-Richard Delalande à Athis-Mons met en place un projet « Biograph’élèves : Sur les traces de Bernard Goldstein » auprès de 26 élèves de 3ème . Ce projet se compose d’une enquête historique et d’un travail biographique. Les élèves se focaliseront sur la biographie de Bernard Goldstein, déporté du « Convoi 77 » âgé de 14 ans lors de sa déportation : il s’agira de leur faire découvrir le travail d’historien, les techniques de recherches. Ce projet sera suivi d’un séjour de deux jours au mémorial des 44 enfants d’Izieu en février 2018, et d’une exposition des travaux réalisés à la médiathèque de la ville d’Athis-Mons.

Le collège Maï et Georges Politzer à Montreuil, en Réseau d’éducation prioritaire, situé en quartier politique de la ville, renouvelle en 2017/2018 son projet de « Voyage en Alsace : mémoire, citoyenneté et nature » sur 5 jours avec deux classes de 3ème. Par la mise en œuvre d’un parcours citoyen avec la visite de lieux chargés de mémoire autour de la Première et la Seconde Guerre mondiale ainsi que la découverte du Parlement européen, il s’agit d’une action éducative, morale et civique, qui participe à l’acquisition du socle commun de connaissances.

L’association Réussir Aujourd’hui intervient dans les quartiers prioritaires, en particulier en Seine-Saint-Denis, chaque semaine pendant 2 ans auprès de lycéens de 1ère et terminale, pour promouvoir leur réussite dans l’enseignement supérieur. Le programme aborde des sujets touchant à la compréhension du monde, aux questions de citoyenneté, à la culture, etc. Au cours de l’année de 1ère, il est proposé aux élèves un voyage pédagogique de 3 jours. Le groupe de 18 élèves de 1ère du lycée Paul Eluard à Saint-Denis ira passer 3 jours à Marseille pendant les vacances de février 2018. Sortant de leur environnement quotidien, afin d’acquérir une culture générale, s’intéresser à l’histoire d’une ville, et à découvrir des sites et des monuments exceptionnels, ils seront confrontés à l’histoire avec la visite du Camp des Milles, pour leur permettre de développer leur citoyenneté.

Le collège George Politzer en réseau d’éducation prioritaire à Bagnolet, met en place durant l’année scolaire 2017-2018, pour 25 élèves volontaires de 5ème et de 4ème participant à l’atelier Histoire durant la pause méridienne, un projet de sensibilisation à l’esclavage et au racisme. Afin de contribuer à une meilleure compréhension des causes et des modalités d’opération de l’esclavage et de la traite, un voyage de deux jours à Nantes sera organisé, avec une visite du Mémorial de l’abolition de l’esclavage et du musée des Ducs de Bretagne. Cette action vise à lutter contre le racisme et les préjugés, à développer la participation des élèves dans la vie de l’établissement, et à leur apprendre à vivre ensemble hors du milieu familial.  

 

AIDE A L’INTEGRATION PAR L’APPRENTISSAGE DE LA LANGUE

 L’association EFR 91 (Enseigner le Français aux Réfugiés en Essonne) à Évry, dispense des cours d’apprentissage du français à une centaine de réfugiés actuellement hébergés à l’hôtel Formule 1 d’Ormoy à la suite des démantèlements des camps de Calais et Paris. Cet enseignement est effectué dans le cadre du lycée Georges Brassens à Courcouronnes, avec le soutien du proviseur.

L’association Davout Relais à Paris 20ème est un lieu d’accueil, de rencontres et d’activités, portant le projet « Vivre et faire ensemble », afin de développer l’insertion sociale et professionnelle, l’apprentissage de la langue et de la vie en collectivité, avec une ouverture sur l’extérieur.

L’association Français Langue d’Accueil à Paris 10ème organise des ateliers de français pour des demandeurs d’asile et des réfugiés non francophones. Dans ce cadre, l’association prépare l’inscription aux diplômes de langue française pour certains des participants aux ateliers, ce qui à terme leur permet une meilleure intégration dans la société française, notamment en matière d’insertion socioprofessionnelle.

L’association Solidarité Château Rouge à Paris 18ème, souhaite développer l’utilisation d’outils informatiques au sein des ateliers sociolinguistiques pour adultes peu ou pas scolarisés dans leur pays d’origine, avec une soixantaine d’apprenants réguliers par an. Partant du constat que le numérique pouvait être un accélérateur d’apprentissage de la langue, une véritable porte d’entrée vers l’écrit, ainsi qu’un outil contribuant à réduire la fracture sociale.

L’association Le Regard du Loup à Montreuil, met en place la « réalisation d’un livre audio » en direction de jeunes adultes apprenant le français et fréquentant deux centres sociaux à Montreuil. Cette action favorise l’apprentissage de la langue française par la pratique de l’oralité, du théâtre et du chant.

L’association Intermèdes Robinson à Longjumeau organise des ateliers d’éveil éducatif et social en quartiers et bidonvilles auprès d’enfants vivant en situation de grande précarité avec leur famille sur le territoire du Nord Essonne. Ces ateliers ont pour objectif l’éveil sensoriel et psycho moteur des enfants autour d’activités avec du matériel adapté ; l’éveil relationnel à partir d’échanges, de contact, de paroles ; l’éveil culturel, cognitif par des situations de découverte et de dialogue sollicitant à la fois la réflexion et l’imaginaire.

 

ACCUEIL ET ASSISTANCE AUX MIGRANTS ET MINEURS NON ACCOMPAGNES

Dans le cadre de son « dispositif Lycéens », l’association Aurore accompagne et héberge en 2017, dans le 11ème et 19ème arrondissement, 40 jeunes migrants non accompagnés, non reconnus comme mineurs et scolarisés par le CASNAV. Ces jeunes ont pour objectif de s’insérer professionnellement afin de garantir les meilleures conditions de régularisation. Au-delà des prestations de première nécessité (hébergement, restauration, scolarité), l’association souhaite pouvoir les soutenir dans leurs projets scolaires en leur apportant des fournitures et matériels nécessaire à l’entrée en apprentissage (matériel de cuisine, tenues de sécurité…), en finançant la cotisation annuelle de leurs activités périscolaires, ou leur projet individuel.

Le collège Gérard Philipe à Massy, dans le cadre de son nouveau dispositif UPE2A-NSA, accueille 15 élèves non scolarisés antérieurement, dont beaucoup de mineurs étrangers isolés particulièrement démunis. Ces élèves bénéficient de 18 heures de français par semaine, sont initiés à la lecture, à l’écriture, aux mathématiques (niveau cycle 2), et présenteront le DELF A1 à la fin de l’année scolaire. Ils sont progressivement inclus dans diverses disciplines en fonction de leur aisance en français. Cette inclusion dans une classe dite « ordinaire » leur permettra d’échanger avec des élèves français et d’être confrontés à d’autres professeurs, d’autres méthodes, d’autres langages. Cette action donne une ouverture culturelle essentielle à des élèves qui n’ont jamais eu accès à aucun savoir scolaire, et favorise l’inclusion des élèves dans le système pédagogique français afin de leur permettre de préparer un projet professionnel.

Médecins du Monde agit auprès des populations précaires à Saint-Denis, en leur offrant un accueil médico-psycho-social ainsi qu’un accompagnement au droit à la santé et aux autres droits afin de les aider à sortir de la précarité. En 2016, le Centre Accompagnement et Accès aux soins (CASO) de Saint Denis a reçu 6176 personnes, dont 7,2 % de mineurs, en augmentation constante ces dernières années. Ces personnes ont connu un parcours migratoire très difficile et violent, sont sans ressources en France, et en difficulté pour accéder à de l’aide pour couvrir leurs besoins élémentaires. Médecins du Monde veut par cette action promouvoir l’accès aux droits, à la prévention et aux soins des populations présentes dont celles en bidonvilles et témoigner des difficultés d’accès aux soins qu’ils rencontrent et des obstacles à la prise en charge dans le système de droit commun.

L’association Primo Levi gère un centre de soins accueillant les victimes de la torture et de la violence politique en provenance de nombreux pays. Ce centre assure un suivi médical, psychologique et sociojuridique à des familles, des enfants et adolescents (mineurs isolés). Il leur permet de mettre des mots sur les souffrances et tortures endurées et les aide à se reconstruire. Dans le cadre des soins et des démarches administratives, la précision de la traduction est primordiale, et ne peut se faire qu’avec des interprètes professionnels.

Le GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés) combat toutes les formes de racisme et de discrimination. Il réunit toutes les informations sur la situation juridique, économique et sociale des étrangers et des immigrés ; il informe et soutient les étrangers dans l’exercice et la protection de leurs droits. À ce titre, il assure avec l’aide de la Fondation Seligmann, la formation de bénévoles associatifs œuvrant dans le domaine de l’aide et l’assistance aux migrants.

 

07-02-2017

haut de page


Accueil - Mentions légales - Contactez-nous : contact@fondation-seligmann.org
Fondation Seligmann -  © 2012-2017