Fondation Seligmann

apres demain logo

derniere parution
Dernière parution

Tous les numéros
Rechercher dans les articles :

Recherche avancée


 KIOSQUE

Espace Lecteur







Mot de passe oublié
Enregistrement

Lauréats 2009

 

ATTRIBUTION DES BOURSES 2008-2009 DE LA FONDATION SELIGMANN

 

La FONDATION SELIGMANN décerne à la fin de chaque année scolaire, plusieurs bourses d’une valeur de 1000 € permettant à des classes de collégiens, lycéens ou apprentis, seules ou avec les membres de la communauté éducative et les parents d’élèves, d’énoncer et de réaliser un projet traduisant leur désir du “Vivre ensemble” et de refuser le racisme et le communautarisme.

Pour l’année scolaire 2008-2009, le jury, désigné par le Conseil d’administration de la FONDATION SELIGMANN, a attribué, le 19 mai 2009, douze bourses à quatre projets portés par des établissements de Paris et à huit projets de l’Essonne. Ces projets sont, pour la plupart, menés dans un cadre pluridisciplinaire associant souvent plusieurs niveaux.
Une des bourses a été spécialement accordée à une école maternelle pour son approche de la lutte contre les communautarismes.

Les lauréats* parisiens :

Lycée Racine à Paris 8ème, 60 élèves ont effectué, sur deux ans, un travail interdisciplinaire de mémoire et de croisement des mémoires multiples à partir d’”Antigone, figure de la Résistance” de Sophocle ponctué par une visite au Mémorial de la Shoah et un voyage en Hollande au Tribunal Pénal International.

Collège Honoré de Balzac à Paris 17ème,deux classes de 6ème et 4ème et le club jardin du FSE, avec une équipe pluridisciplinaire, ont mis en place un projet « Jardins d’ici et d’ailleurs ». Ces jardins écologiques partagés éduquent à la citoyenneté, au respect de l’environnement, élargissent les possibilités d’échanges, favorisent l’épanouissement individuel, la confiance en soi et l’estime de soi, créant un lien fédérateur pour toute la communauté scolaire.

Lycée professionnel régional Armand Carrel à Paris 19ème, trois groupes de classes BEP ont travaillé sur la mémoire des aînés migrants francophones avec l’appui de l’association « Paroles d’hommes et de femmes ». Une soixantaine d’élèves de BEP et Bac Pro, âgés de 16 à 21 ans, ont travaillé à partir des témoignages du parcours de ces migrants francophones porteurs d’intégration, permettant aux jeunes de mieux appréhender les chemins parcourus par leurs parents et rappelant les valeurs positives de la culture française : droits de l’homme et laïcité. 

Etablissement Régional d’Enseignement Adapté - Lycée professionnel Jean Jaurès à Paris 19ème, a porté un projet pluridisciplinaire « Des yeux qui racontent » inscrit dans le cadre de l’Europe Ouverte. En partenariat ave un établissement polonais, une classe de 2nde CAP Carreleur Mosaïste, rassemblant douze garçons de 15 à 20 ans, a effectué des ateliers de découverte de l’audiovisuel et la création d’un film réveillant leurs consciences et leurs questionnements sur eux-mêmes et sur l’autre.

Les lauréats* essonniens :

Collège Léopold Sédar Senghor à Corbeil-Essonnes: pour renforcer l’implication des familles dans la vie de l’établissement, tête de réseau du RAR des Tarterets, le collège participe à l’alphabétisation de mamans volontaires, issues de l’immigration et ayant un projet d’insertion. Il travaille avec ces familles autour du lien avec l’institution pour permettre, en retour, une action parentale d’aide à la scolarité des enfants.

Collège Charles Péguy à Palaiseau: une équipe pluridisciplinaire de l’établissement a travaillé sur la guerre d’Algérie entre histoire et mémoire tout au long de l’année. Quatre classes de 3ème ont participé à une journée portant sur l’Algérie, avec présentation de films, lectures et échanges avec des auteurs témoins. Parents et habitants de la commune ont participé au débat.

Collège Jean Lurçat à Ris-Orangis : avec le FSE, le collège porte depuis trois ans des échanges culturels avec le Mali afin de « mieux se connaître pour vivre ensemble ». Avec la présence des maliens, le collège, et plus particulièrement, la cour de récréation, sont devenus un lieu d’échanges entre les peuples et les cultures, instaurant le respect et une réflexion sur l’identité.

Lycée général de Montgeron: autour de Rencontres (auto) biographiques, une enseignante de français en classe de 2nde a mené des rencontres avec un écrivain public et des aînés migrants francophones, favorisant ainsi le dialogue entre générations et entre cultures. Cette démarche a développé la curiosité pour l’autre et les compétences des élèves dans l’apprentissage de la langue écrite et orale en situation de communication effective.

Ecole maternelle Pasteur à Chilly-Mazarin a sensibilisé tous les niveaux autour du « vivre ensemble heureux » en grandissant avec un apprentissage quotidien des différences au travers des dessins, des albums contés, des travaux sur la Fraternité. Ce projet aide enfants et parents, en valorisant leurs origines, à mieux se comprendre et participe pleinement à la lutte contre l’émergence de tensions inter communautaires.

Collège Parc de Villeroy à Mennecy : pour un projet pluridisciplinaire en classes de 6ème autour du « vivre ensemble : tous différents, tous ensemble ». Un travail par groupes sur le respect des différences a permis de renforcer la cohésion entre les élèves avec la production de diaporamas et de scénettes filmées.

Collège Mondétour aux Ulys : a travaillé, pour le vivre ensemble, autour de la rencontre et des découvertes des spécificités des cultures différentes avec des ateliers – cuisines, danse, chorale et graphisme - aboutissant à une soirée. Ce projet réunissait une soixantaine d’élèves des classes de la 6ème à la 3ème général et SEGPA, associant, pour certains ateliers, des classes primaires.

Lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes : autour d’un projet sur les héritages de l’immigration au sein des jeunes générations vivant en banlieue, les élèves de sections professionnelles ont créé une pièce de théâtre - qu’elles écrivent, mettent en scène et jouent - en abordant les problèmes sur la coexistence des communautés musulmane et juive, sur les « schémas culturels » prégnants des groupes issus de l’immigration et sur les relations entres groupes ethniques dans les quartiers où elles vivent, dénommés « quartiers sensibles ».

*Lauréats par ordre de code postal puis par ordre alphabétique

05-10-2012

haut de page


Accueil - Mentions légales - Contactez-nous : contact@fondation-seligmann.org
Fondation Seligmann -  © 2012-2017